C’est l’heure du BIM : Six Français tués au Niger, 250 millions pour le Liban et heurts à Minsk

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

L’armée du Niger inspecte la voiture des victimes de l'attaque, le 9 août 2020.
L’armée du Niger inspecte la voiture des victimes de l'attaque, le 9 août 2020. — AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Six Français et deux Nigériens tués dimanche par des hommes armés au Niger

Sans pour autant donner de précisions sur le nombre des victimes, l’Elysée parle déjà d’un « attentat ». Huit personnes dont six Français et deux Nigériens ont été tuées dimanche par des hommes armés venus à motos autour de Kouré au Niger . Le gouverneur de Tillabéri, Tidjani Ibrahim Katiella, qui a révélé l’information n’a pas donné de détails sur les circonstances de l’attaque, ni sur l’identité des assaillants. Emmanuel Macron a dénoncé « l’attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires ». Un conseil de défense se tiendra mardi matin.

La conférence de soutien au Liban s’engage sur 250 millions d’euros

L’aide d’urgence collectée dimanche au cours d’une visioconférence coorganisée par la France et l’ONU pour le Liban après l’explosion qui a dévasté Beyrouth s’élève à un peu plus de 252,7 millions d’euros. Sur ce montant, la France apportera une contribution à hauteur de 30 millions d’euros, a précisé la présidence française. De violentes manifestations continuent par ailleurs de secouer la capitale libanaise. Deux ministres libanais ont quitté le gouvernement dimanche sous la pression de la rue. Quelques heures après la démission de la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, le ministre de l’Environnement et du développement administratif, Damianos Kattar, a lui aussi annoncé son départ.

Des heurts violents éclatent à Minsk après la victoire de Loukachenko

Officiellement, Alexandre Loukachenko a remporté la présidentielle de dimanche en Biélorussie avec près de 80 % des suffrages. Mais les partisans de sa rivale, Svetlana Tikhanovskaïa, considèrent le vote comme truqué. Ils sont donc descendus dans les rues de Minsk, mais aussi dans plusieurs villes de province pour le faire savoir. Des heurts violents ont éclaté entre la police et les manifestants. Les forces de l’ordre ont dispersé la foule avec des grenades assourdissantes et en procédant à des interpellations. Dans un pays tenu d’une main de fer, le président sortant avait prévenu le jour du vote qu’il n’accepterait ni « perte de contrôle » ni « chaos ».