Explosions à Beyrouth : Non, Netanyahou n’avait pas indiqué la présence de missiles du Hezbollah sur le port de la capitale libanaise

FAKE OFF Une intervention du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à l'ONU, en 2018, est repartagée sur les réseaux sociaux par des internautes affirmant qu'il y indiquait l'emplacement d'une cache d'armes du Hebzollah sur le port de Beyrouth, sinistré cette semaine par une double explosion

Alexis Orsini

— 

Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU, le 27 septembre 2018, à New York.
Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU, le 27 septembre 2018, à New York. — TIMOTHY A. CLARY / AFP
  • L'archive date d'il y a deux ans mais elle connaît un regain d'intérêt sur les réseaux sociaux au lendemain de la double explosion qui a fait au moins 137 morts et 5.000 blessés à Beyrouth. 
  • Plusieurs internautes partagent en effet des extraits d'un discours donné par Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU, en septembre 2018, dans lequel il prétendait montrer, photo satellite à l'appui, trois sites secrets du Hezbollah cachés à Beyrouth et contenant des missiles destinés à l'Iran. Une séquence qui suggérerait une intervention israélienne dans le drame qui a touché la capitale libanaise.
  • Mais contrairement à ce qu'affirment ces posts, ces trois prétendus sites secrets ne se trouvaient pas sur le port de Beyrouth, mais près de son aéroport, à environ neuf kilomètres du lieu de la double explosion. 

Alors que l’enquête doit encore déterminer dans quelles conditions les plus de 2.700 tonnes de nitrate d'ammonium stockées dans l’entrepôt du port de Beyrouth ont entraîné les deux explosions ayant fait au moins 137 morts et 5.000 blessés dans la capitale libanaise mardi 4 août, certains internautes ont déjà trouvé une explication simple au drame.

A en croire leur théorie, relayée sur les réseaux sociaux, l’explosion aurait en effet touché un lieu de stockage de missiles fabriqués pour l’Iran par le Hezbollah, le mouvement chiite libanais classé comme organisation « terroriste » par Israël. La preuve ? Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou en aurait révélé l’emplacement exact dès septembre 2018, lors d’un discours à l’Assemblée générale des Nations unies.

L'un des posts Facebook relayant la rumeur sur Benyamin Netanyahou et la double explosion à Beyrouth.
L'un des posts Facebook relayant la rumeur sur Benyamin Netanyahou et la double explosion à Beyrouth. - capture d'écran/Facebook

Sans compter que Netanyahou aurait également tenu, le jour du drame cette fois-ci, des propos reconnaissant le rôle d’Israël dans cette explosion : « Nous avons frappé une cellule, et maintenant nous frappons les responsables. Nous ferons le nécessaire pour nous défendre et je suggère à tous, y compris au Hezbollah, de garder cela en tête. »

S’il n’en fallait pas plus pour que la rumeur d'une intervention militaire israélienne à l'origine de l'explosion se propage, celle-ci reste sans fondement sur la base de ces deux éléments puisque la localisation des supposées caches d’armes du Hezbollah évoquées par le Premier ministre israélien se situent à environ neuf kilomètres au sud du port de Beyrouth. Quant à ses déclarations du 4 août, elles ont été prononcées quelques heures avant le drame et concernaient un raid mené par Israël en Syrie la veille, contrairement à ce qu’ont pu croire certains internautes.

FAKE OFF

L’intervention de Benyamin Netanyahou à l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 27 septembre 2018, avait marqué les esprits, autant par la portée de ses accusations contre le Hezbollah que par la démonstration photo entreprise dans la foulée pour illustrer ses propos.

« Au Liban, l’Iran a ordonné au Hezbollah de construire des sites secrets pour transformer des projectiles inadaptés en missiles guidés, des missiles qui peuvent frapper en profondeur Israël avec une précision de 10 mètres. Le Hezbollah utilise les innocents habitants de Beyrouth comme boucliers humains », affirmait-il au pupitre de l’ONU, avant de montrer, sur une photo satellite (à partir de 17’30 ci-dessus), l’emplacement de ces supposés sites secrets.

« Trois de ces sites ont été placés près de l’aéroport international de Beyrouth. Il s’agit [d’une cache à Ouzaï], en bord de la mer, à quelques encablures des pistes de l’aéroport", [d’un second site dissimulé] à côté du stade de foot [et d’un troisième] situé directement à côté de l’aéroport », poursuivait-il lors de cette démonstration, conclue par un avertissement sans équivoque : « J’ai un message pour le Hezbollah. Israël sait ce que vous êtes en train de faire, où vous le faites, et Israël ne vous laissera pas vous en tirer comme ça. »

La localisation exacte de ces supposées caches de missiles – que le Hezbollah avait à l’époque qualifié de « mensonges » – est en outre encore plus claire sur l’image satellite également relayée fin septembre 2018 par l’armée israélienne sur Twitter.

Une zone distante de neuf kilomètres

Si l’un des emplacements indiqués par Benyamin Netanyahou se situe bien en bord de mer, le long de la côte, la zone en question se trouve au sud de Beyrouth, à environ neuf kilomètres du port où ont eu lieu les deux explosions, comme on peut aisément le vérifier sur Google Maps. On y distingue, près de l’aéroport, cet emplacement, juste à côté des pistes et du stade de foot de la Cité sportive.

La distance entre le port de Beyrouth où a eu lieu la double explosion du 4 août et les prétendues caches de missiles du Hezbollah selon Benyamin Netanyahou.
La distance entre le port de Beyrouth où a eu lieu la double explosion du 4 août et les prétendues caches de missiles du Hezbollah selon Benyamin Netanyahou. - capture d'écran/Google Street View

Benyamin Netanyahou n’avait donc pas indiqué, avec deux ans d’avance, l’emplacement d’un site secret du Hezbollah correspondant au lieu de la double explosion du 4 août.

Une telle cache d’armes pourrait-elle malgré tout s’être trouvée sur le port de Beyrouth ? C’est en tout cas ce que soutient le Jerusalem Post dans un article paru ce jour, sans en dire plus sur la source de cette affirmation, non relayée par d'autres médias : « [Le Hezbollah] dispose d’un terminal spécial au port de Beyrouth, où il décharge régulièrement des armes envoyées au Liban par l’Iran. Les containers où se trouvent ces armes sont déchargés par des membres du Hebzollah et ne font pas l’objet des inspections douanières habituelles. Les armes sont ensuite stockées pendant un certain temps au port avant d’être envoyées aux bases et aux centres de stockage du Hezbollah à travers le pays. »

A défaut de pouvoir confirmer ou infirmer ces affirmations, à prendre avec la prudence de rigueur au vu du conflit qui oppose Israël et le Liban, il est en revanche certain que les propos tenus par Benyamin Netanyahou le 4 août ne concernaient pas la double explosion du port de Beyrouth. Cette déclaration, tenue plusieurs heures avant le drame, faisait en effet référence à des frappes israéliennes menées dans le sud de la Syrie, la veille, comme le rapportait notamment Le Figaro.

Depuis le drame de Beyrouth, Israël a par ailleurs annoncé une aide humanitaire à son voisin libanais et nié toute implication dans l’explosion par la voix de son chef de la diplomatie, Gabi Ashkenazi : « Je ne vois pas de raison de douter des informations émanant de Beyrouth. »