C’est l’heure du BIM : Macron au chevet du Liban, retour de la canicule et Darmanin se pose en victime

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Une femme dans les décombres de son restaurant à Beyrouth, le 5 août 2020.
Une femme dans les décombres de son restaurant à Beyrouth, le 5 août 2020. — Hussein Malla/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Emmanuel Macron en visite au Liban, premier chef d’Etat à se rendre sur place

Au regard des liens étroits qui unissent historiquement les deux pays, il n’est pas surprenant qu’Emmanuel Macron soit le premier chef d’Etat étranger à se rendre à Beyrouth depuis la catastrophe. Le président est attendu ce jeudi au Liban, où il sera confronté à une situation « apocalyptique » : des centaines de milliers de personnes y sont privées de toit et de ressources et le bilan des explosions d’au moins 113 morts et 4.000 blessés est encore provisoire. Attendu à midi, le président français visitera le lieu de la catastrophe, s’entretiendra avec les principaux responsables libanais et donnera une conférence de presse vers 18h30 locales avant de rentrer en France.

La canicule à partir de jeudi pourrait durer une semaine

La canicule de la semaine dernière pourrait n’avoir été qu’une répétition. A partir de ce jeudi, un nouvel épisode de fortes chaleurs devrait durer une semaine dans certaines régions, prévient Météo-France. L’épisode commencera jeudi après-midi avec une remontée sensible des températures qui pourront déjà atteindre 35 °C à Paris ou 37 °C en Aquitaine. Puis un premier pic de chaleur est attendu vendredi sur toute la moitié ouest du pays. Les températures devraient ensuite baisser pendant le week-end sur la façade atlantique, mais d’autres régions, comme l’Ile-de-France, devraient rester au-dessus des seuils de canicule. Plus que jamais, les Français vont donc avoir besoin de leur bouteille d’eau, sans oublier de s’enquérir de la santé des plus âgés.

Face aux accusations, Gérald Darmanin lance « la victime, c’est moi »

Dans un entretien au Point publié mercredi, Gérald Darmanin revient une nouvelle fois sur la plainte pour viol à laquelle il fait face. Le ministre a relancé l’offensive médiatique en estimant qu’il est la « principale victime » de ce qu’il qualifie de « calomnie ». « C’est moi dont on salit le nom. C’est à moi qu’on prête des comportements que je n’ai jamais eus », s’offusque-t-il. « C’est difficile à vivre. Mais je n’ai pas le droit de me plaindre », a toutefois tempéré l’ancien ministre des Comptes publics.