Coronavirus : Les jeunes, cibles des injonctions pour éviter la transmission de la maladie

STRATEGIE Pour éviter la propagation du Covid-19, les appels en direction des jeunes, vecteurs potentiels du virus en cette période estivale, se multiplient

C.A avec AFP

— 

Des jeunes gens arrivant a la plage de Dinard, le 31 juillet 2020
Des jeunes gens arrivant a la plage de Dinard, le 31 juillet 2020 — SICCOLI PATRICK/SIPA

Grosse pression sur les jeunes. Cette partie de la population, supposée développer plus fréquemment des formes asymptomatiques du Covid-19, est susceptible de la propager sans le savoir. Résultat, les injonctions à leur endroit se multiplient.

Ce mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) les a enjoints d’assumer « leurs responsabilités » pour éviter de propager le coronavirus, alors que les vacances battent leur plein et les fêtes avec, leur rappelant qu’ils peuvent également être des vecteurs de transmission.

Les personnes âgées plus attentives

« Si on laisse le virus circuler dans cette population jeune, forcément à un moment donné, il va nous échapper », a souligné ce mercredi, sur RTL, le professeur Jean-François Delfraissy. Réagissant alors à l’idée, suggérée par un infectiologue, de laisser les jeunes se contaminer entre eux pour développer l’immunité collective, le président du Conseil scientifique a mis en cause la jeunesse dans leur tendance à moins respecter des gestes barrière. « Ce sont les jeunes qui prennent le moins de distanciation sociale, qui portent le moins le masque », a-t-il poursuivi.

La maladie Covid-19 était au départ perçue comme une maladie d’adultes, notamment âgés ou avec certains problèmes de santé, avec des personnes âgées qui « ont fait très attention à se protéger ». Mais « à mesure que les jeunes réintègrent la société, il est clair qu'[ils] peuvent agir comme mode de transmission », a souligné le directeur des urgences sanitaires de l’OMS, Michael Ryan.

Les jeunes, responsables des contaminations ?

Des flambées de contaminations ont été observées dans des pays européens où, en cette période de vacances estivales, les jeunes gens ont retrouvé le chemin des bars, des discothèques, des fêtes en plein air et soirées sur les plages.

« Les jeunes ont une énorme opportunité de réduire la transmission par leurs comportements », a affirmé Michael Ryan. « Ils doivent également prendre en compte le fait qu’ils ont également une responsabilité à cet égard », a insisté l’épidémiologiste irlandais. « On estime qu’entre 10 et 20 % de tous les cas sont responsables d’environ 80 % des événements de transmission », a aussi rappelé la responsable technique de la cellule chargée de la gestion de la pandémie à l’OMS, Maria Van Kerkhove.

Une campagne choc en Espagne

« Vous pouvez choisir de ne pas faire les choses. Si la transmission communautaire est élevée, tout le monde est à risque » mais « posez-vous la question : ai-je vraiment besoin d’aller à cette fête ? », a insisté Michael Ryan.

En Espagne, une campagne choc montrant à dessein des jeunes trinquant des bières ou allant à la discothèque espère aussi sensibiliser cette population au port du masque.