Coronavirus : Les anti-masques de plus en plus nombreux à manifester… sans masques !

NO MASK Pour s’opposer au port du masque qu’ils ne jugent pas indispensable, ils ont décidé de descendre dans la rue et d’investir massivement les réseaux sociaux

E.Pe.

— 

Etats-Unis, France, Canada... Les anti-masques de plus en plus nombreux — 20 Minutes

Dangereux, inutile, antidémocratique, inconfortable. Pour les anti-masques son port obligatoire est une aberration. Aux Etats-Unis, où le Covid-19 a déjà fait plus de 150.000 morts, les manifestations anti-masques se multiplient. Sans masques, évidemment.

La raison ? De nombreux Etats obligent désormais les citoyens à le porter dans la rue et les transports en commun. Tout comme au Canada, en Angleterre, en Belgique, au Québec et en France, où plusieurs décrets ont été instaurés au mois de juillet. Dernier en date : le port du masque obligatoire dans les rues commerçantes de Belgique, publié le 27 juillet.

Les dérives de la colère des non-masqués

Si le port du masque semble donc s’être démocratisé, une frange de la population a décidé de faire front contre ce bout de tissu élastiqué. Parti des Etats-Unis, où le vigile d’un magasin, dans le Michigan, a été tué, en mai dernier, par un client refusant de porter son masque, le mouvement des « antis » s’est étendu aux pays frontaliers, pour ensuite traverser l’Atlantique. En France, les groupes Facebook anti-masques obligatoires (parfois complotistes) se sont répandus comme une traînée de poudre.

Mais si aucune étude ne prouve l’utilité du port du masque, il existe, aujourd’hui, un consensus scientifique selon lequel il aiderait à maîtriser la propagation du virus.