Eure : Le maire de Vernon interdit la vente de gaz hilarant aux mineurs

SANTE PUBLIQUE Le non-respect de l’interdiction est passible d’une amende allant jusqu’à 68 euros

20 Minutes avec agence

— 

Des cartouches de gaz hilarant, le protoxide d'azote.
Des cartouches de gaz hilarant, le protoxide d'azote. — Eric Beracassat/SIPA

Le maire de Vernon, dans l’Eure, vient de prendre un arrêté visant à interdire la vente de protoxyde d'azote aux mineurs. La substance, plus connue sous le nom de gaz hilarant, se trouve notamment dans les cartouches pour les siphons à chantilly. Aussi utilisé en milieu hospitalier pour ses propriétés anesthésiques et antidouleur, il est de plus en plus détourné à des fins récréatives, par inhalation.

« Des constats quotidiens sont faits par la police municipale, les services sociaux, les services de la voirie et de la propreté urbaine, attestant d’un nombre important de cartouches jonchant le sol et l’espace public, témoignant de la banalisation et de l’usage intensif de ce produit. Au-delà du risque de santé publique, elles sont également une pollution contre laquelle la ville se mobilise activement », explique la mairie dans un communiqué relayé par Actu.fr.

Une amende de 68 euros

Selon l’arrêté, « il est désormais interdit d’en vendre ou d’en offrir à une personne mineure non accompagnée d’un adulte ». Plus généralement, l’utilisation du gaz hilarant est proscrite pour tout le monde dans les lieux publics. « Le non-respect de ces interdictions est passible d’une amende allant jusqu’à 68 euros », précise la mairie, qui indique que la police municipale se rendra dans les commerces dans les prochains jours pour « remettre l’arrêté d’interdiction et une affiche de prévention à destination des clients ».

L’usage régulier du gaz hilarant peut avoir des effets secondaires et des conséquences néfastes sur la santé. Parmi elles : des brûlures, des nausées, des vomissements, des maux de tête et, dans les cas les plus graves, des pertes de connaissance et des troubles neurologiques.