Coronavirus en France : Pas encore de « deuxième vague », selon Véran, mais « il ne faut pas lâcher »

CONTAGIONS « C’est quand on se sent invulnérable qu’on prend le plus de risques », a prévenu Olivier Véran

20 Minutes avec AFP

— 

Olivier Véran, le 21 juillet 2020.
Olivier Véran, le 21 juillet 2020. — DICOM / Louise MERESSE/SIPA

Quelques signaux d’alerte, une augmentation du nombre de cas… La circulation du virus repart en France. Le ministre de la Santé Olivier Véran a appelé ce mercredi les Français à poursuivre leurs efforts, même s’il ne veut pas encore parler de « deuxième vague ».

« On est dans la poursuite d’une épidémie à plus ou moins bas bruit selon les pays et les villes concernées », a expliqué le ministre sur LCI. « Des clusters émergent, on a quelques signaux d’alerte en provenance de certains hôpitaux avec une tendance à l’augmentation du nombre d’admissions, et nous testons beaucoup plus », a précisé Olivier Véran, notant « une augmentation de la proportion de tests positifs ».

« Le virus revient »

« Nous enregistrons un certain nombre de diagnostics chez des patients plus jeunes », a-t-il souligné. « L’épidémie de Covid-19 a fait 14 nouveaux morts en vingt-quatre heures dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux en France », où la circulation du virus reste « soutenue », avait annoncé mardi la direction générale de la Santé (DGS). Mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.

« C’est par notre comportement collectif et par l’action déterminée des pouvoirs publics que nous éviterons cette deuxième vague. C’est un peu la parabole du rocher de Sisyphe : on pensait avoir fini et le virus revient. Il nous faut un vaccin », a résumé le ministre. Réagissant à l’explosion de cas à Quiberon (Morbihan), Olivier Véran a souligné qu’on était « au stade du diagnostic » et que « s’il est nécessaire de prendre d’autres mesures, on les prendra ». « Nous ne voulons pas arriver à un reconfinement », a souligné le ministre.

Des règles même avec des amis et en famille…

« Il y a des gens qui ne respectent pas les règles. C’est quand on se sent invulnérable qu’on prend le plus de risques », a regretté Olivier Véran. « Les Français ont vécu des mois extrêmement difficiles, ils ont besoin de prendre du repos, du recul », mais « il ne faut pas lâcher maintenant » les gestes de prévention contre le coronavirus, a prévenu le ministre, qui participe mercredi au dernier Conseil des ministres avant la trêve estivale.

« Le travail qui a été fait par les Français qui a permis de sauver tant de vies, doit se poursuivre cet été, même quand on en a marre, même quand on est avec ses amis, sa famille », a souligné le ministre, rappelant qu’il faut porter le masque, « réduire les contacts sociaux, augmenter les distances avec les gens, se laver les mains ».