Coronavirus : Pour prendre l'avion, il vous faut un masque chirurgical (et non grand public)

TRANSPORTS Depuis le 31 mai, le masque est obligatoire pour embarquer, et il doit répondre à des critères précis

L.C.

— 

Un passager dans un avion (illustration).
Un passager dans un avion (illustration). — Lionel Urman/Sipa USA/SIPA

Si vous prenez l’avion cet été, vérifiez bien que vous avez un masque, mais pas n’importe lequel. Dans un tweet publié le 17 juillet, repéré ce lundi par Ouest France, la compagnie Air Corsica a ainsi expliqué que les masques en tissu grand public n’étaient pas autorisés sur ses vols. Les passagers doivent obligatoirement porter des masques chirurgicaux.

En effet, le décret du 31 mai, qui prescrit des mesures pour faire face à l’épidémie de coronavirus, indique que « toute personne de onze ans ou plus porte, à bord des aéronefs effectuant du transport public à destination, en provenance ou à l’intérieur du territoire national, dès l’embarquement, un masque de type chirurgical à usage unique » (article 11).

Prévoir plusieurs masques pour un vol

Les caractéristiques de ce masque obligatoire pour le transport aérien sont précisées dans l’article 49 du décret, il s’agit d’un « masque anti-projections respectant la norme EN 14683 ». « En évitant la projection de gouttelettes émises par le porteur du masque, ce type de masque limite la contamination de l’environnement extérieur et des autres personnes », indique le gouvernement sur un site dédié.

Les masques dits « grand public », en tissu, ne sont pas suffisants pour pouvoir embarquer. Les masques chirurgicaux doivent être portés au maximum pendant quatre heures. Sur son site, la compagnie Air France recommande « de le changer après avoir bu ou mangé. Il est donc utile d’en avoir plusieurs avec soi selon la durée du vol. »