Coronavirus : Le montant de l’amende pour non-port du masque sera de 135 euros

COVID-19 L’obligation de porter un masque dans tous les lieux publics clos entre en vigueur à partir de lundi

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme porte un masque avant d'entrer dans le musée du Louvre
Une femme porte un masque avant d'entrer dans le musée du Louvre — Lionel Urman/Sipa USA/SIPA

Une amende de 135 euros est prévue en cas d’infraction à l’obligation de porter un masque dans tous les lieux publics clos, qui entre en vigueur à partir de lundi, a-t-on appris dimanche auprès de la Direction générale de la santé.

« Le non-respect de cette mesure pourrait être susceptible, comme c’est le cas dans les autres lieux où le port du masque est obligatoire, notamment les transports, d’une contravention de 4e classe » qui est définie par une amende forfaitaire de 135 euros, a précisé la DGS dans un texte transmis à l’AFP.

A partir de lundi, les « magasins de vente, centres commerciaux, administrations, banques et marchés couverts » s’ajoutent à la liste des lieux où le port du masque était déjà prévu pour lutter contre le Covid-19, détaille la DGS. Les salles de réunions et de spectacle, cinémas, restaurants, hôtels, salles de jeux, établissements d’enseignement, centre de vacances, bibliothèques, lieux de culte, établissements sportifs couverts, musées, gares et aéroports étaient en effet déjà concernés « parfois avec des règles spécifiques », rappelle-t-elle.

Des « signaux faibles » de reprise

Le président Emmanuel Macron avait annoncé le 14 juillet que l’obligation de porter un masque entrerait en vigueur le 1er août, mais la date a été rapidement avancée, face aux critiques des médecins qui alertent sur des « signaux faibles » de reprise de l’épidémie et le relâchement des mesures barrière. « La situation sanitaire en France (hors Mayotte et la Guyane qui subissent toujours la première vague), après plusieurs semaines de recul puis de stabilisation de l’épidémie, montre des signaux d’une détérioration légère, mais encore incertaine », résume la DGS.

« La vigilance de tous est plus que jamais nécessaire pour éviter un rebond épidémique », ajoute-t-elle. Autre facteur qui justifie cette décision : les « incertitudes » sur la transmission du virus dans l’air.

Le sujet « a fait l’objet le 6 juillet d’une lettre à l’OMS signée par 239 scientifiques issus de 32 pays, qui ont notamment fait part de leurs observations sur la fréquence des contaminations et des clusters en milieu clos, particulièrement en cas de brassage d’air, et même en l’absence de projection directe », indique la DGS.