Bretagne : Trois individus interpellés pour des tags anti police sur la gendarmerie de Landivisiau

ENQUETE Au printemps 2019, des slogans haineux avaient été découverts sur les murs de la brigade

Camille Allain

— 

Illustration d'une patrouille de gendarmerie ici aux abords de Rennes.
Illustration d'une patrouille de gendarmerie ici aux abords de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Il aura fallu un an et demi d’investigations mais les gendarmes ont fini par trouver les auteurs présumés des tags haineux qui avaient recouvert leur brigade de Landivisiau (Finistère). Un couple âgé d’une vingtaine d’années et un homme de 33 ans ont été interpellés pour avoir diffamé les forces de l’ordre. Dans la nuit du 21 au 22 avril 2019, des slogans tels que « ACAB », « Flics suicidé, A moitié pardonnés », ou encore « La police vous protège, ça crève les yeux !! » avaient été inscrits sur les murs de la brigade finistérienne.

L’affaire avait provoqué un certain émoi dans les rangs des gendarmes du département. Le ministre de l’Intérieur de l’époque Christophe Castaner avait apporté son soutien aux militaires et une manifestation avait été organisée.

Des proches du mouvement black bloc

L’enquête ouverte par la gendarmerie de Plourin-les-Morlaix avait rapidement permis l’interpellation d’un homme issu de la mouvance ultra-gauche. En garde à vue, l’homme avait reconnu avoir tagué des bâtiments à Landivisiau et Plougastel-Daoulas, mais avait nié être l’auteur des messages haineux peints sur la brigade. Ce dernier avait évoqué un couple d’amis avec qui il s’était rendu à Paris pour manifester avec les Gilets jaunes.

Interpellé, le couple vivant à Landivisiau a également livré le nom d’un troisième complice. Agé de 33 ans, ce dernier est, comme le couple, proche de la mouvance black bloc et a participé à de nombreuses manifestations. Les trois mis en cause seront convoqués devant le tribunal judiciaire de Brest le 5 octobre pour répondre de leurs actes.