Gare à cette photo de statue recouverte de graffitis sortie de son contexte

FAKE OFF Sur les réseaux sociaux, la photo d’une statue vandalisée est partagée par certains internautes qui s’indignent de voir de telles dégradations commises en France… alors qu’elle a été prise aux Etats-Unis.

A.O.

— 

La statue du général Robert E. Lee à Richmond (Virginie), aux Etats-Unis, le 18 juin 2020.
La statue du général Robert E. Lee à Richmond (Virginie), aux Etats-Unis, le 18 juin 2020. — TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
  • Sur Facebook et Twitter, la photo d'une statue montrant un cavalier fièrement monté à cheval est partagée par plusieurs internautes, qui s'offusquent des dégradations (graffitis, pancartes...) commises sur son piédestal. 
  • A les en croire, le monument serait situé en France.
  • Si celui-ci a bien été dégradé, il se situe en réalité aux Etats-Unis et rend hommage à Robert E. Lee, une figure controversée de la guerre de Sécession. 

Le dos tourné aux quelques personnes rassemblées au bas de son piédestal, un cavalier fièrement monté sur son destrier domine le décor environnant. Et notamment les innombrables tags, slogans et pancartes bien visibles à ses pieds.

Autant de dégradations qui suscitent l’indignation de plusieurs internautes ayant récemment relayé cette photo avec le même commentaire : « PAS UN MOT AUX INFOS de 13 Heures, elle est pas belle la France, c’est à vomir… »

La statue du général Robert E. Lee à Richmond (Virginie), aux Etats-Unis, le 18 juin 2020.
La statue du général Robert E. Lee à Richmond (Virginie), aux Etats-Unis, le 18 juin 2020. - TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Or, si ces inscriptions sont bien liées aux récentes mobilisations contre des figures historiques controversées, dans le cadre du vif débat sur le racisme relancé par la mort de George Floyd à Minneapolis (Minnesota), elles n’ont pas eu lieu dans l’Hexagone mais aux Etats-Unis. Autour d’une statue de Robert E. Lee, le général à la tête des armées confédérées pendant la guerre de Sécession, qui s’opposaient à l’abolition de l’esclavage.

FAKE OFF

Une simple observation de l’image permet déjà de constater que tous les slogans visibles y sont écrits en anglais, qu’il s’agisse des nombreux « fuck » ou de « BLM » pour « Black lives matter » (« La vie des Noirs compte »).

On retrouve la photo en question – parmi de nombreuses autres du monument – sur un article du site RVA HUB en date du 8 juin, intitulé « Les manifestations 'Black Lives Matter' continuent sur Monument Avenue ».

Cette célèbre avenue, située à Richmond (Virginie), ancienne capitale des Etats confédérés, est en effet devenue, en juin, un lieu de rassemblement et de protestation, d’où ces dégradations sur la statue érigée en 1890. Les nombreuses prises de vue réalisées par des photojournalistes en attestent, en plus des différents reportages réalisés sur place.

Le déboulonnage de la statue annoncé par la ville donne en outre lieu à un débat juridique, puisque certains habitants contestent ce retrait annoncé, au motif qu’il ferait baisser la valeur des biens du quartier.