Projet de port à Brétignolles : « Un an pour prendre une décision », estime le nouveau président de la communauté de communes

POLEMIQUE Christophe Chabot, porteur du projet, n’a pas été réélu à la tête de la communauté de communes. François Blanchet, son successeur, propose un moratoire

David Phelippeau

— 

La ZAD de Brétignolles-sur-Mer.
La ZAD de Brétignolles-sur-Mer. — D.P. / 20 minutes
  • Depuis son lancement il y a plusieurs années, le projet de port de Brétignolles-sur-Mer crée la polémique.
  • Il y a quelques jours, Christophe Chabot, porteur du projet, n’a pas été réélu à la tête la présidence de la communauté de communes du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
  • François Blanchet, qui lui succède, a décidé d’un moratoire sur le projet.

Gros coup d’arrêt pour le projet de port de Brétignolles-sur-Mer. Ce dossier, qui suscite la polémique depuis plusieurs années et qui fait l’objet de nombreux recours devant le tribunal de Nantes, vient d’être mis en stand-by par François Blanchet, maire de Saint-Gilles-Croix-de-Vie fraîchement élu président de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Ce dernier a battu il y a quelques jours le président sortant, Christophe Chabot, qui n’est autre que le porteur du projet de port.

François Blanchet propose un « moratoire ». « On en est au stade de mettre le pied sur le ballon, pas au stade de l’abandon, explique-t-il à 20 Minutes. Les appels d’offres sont en cours. Après la crise sanitaire qu’on vient de traverser et qui dure toujours, et avec les crises économique et sociale qui vont battre leur plein à la rentrée, je ne me vois pas dire qu’on va investir plusieurs dizaines de millions d’euros sur le port. On serait complètement en décalage. On se donne un an pour prendre une décision. »

Les opposants en profitent pour demander l’abandon total

Un laps de temps que l’élu veut mettre à contribution pour que certains édiles interrogent leur population sur ce sujet « clivant ». « Certains maires de la communauté de communes souhaitent faire un référendum auprès de leur population sur ce sujet, ça leur laisse la liberté de le réaliser », poursuit François Blanchet, qui s’interroge sur « la question de l’intérêt général autour de ce projet » pour lequel 6 à 7 millions d’euros ont déjà été engagés.

Les opposants à ce dossier sont évidemment ravis de la décision prise par le nouveau président de la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. « La Vigie apprécie l’annonce des propositions du nouveau président qui tendent à réaliser l’abandon du projet de port sur la commune de Bretignolles-sur-Mer et à rétablir les priorités territoriales au service de l’intérêt général. » L’association opposante va plus loin dans un communiqué : « Il n’y a pas lieu d’attendre, il convient de stopper l’hémorragie de l’argent public pompé par les procédures juridiques. » En clair, de fermer définitivement le dossier. Ce que François Blanchet se refuse à faire pour le moment.