La nomination de Claire Hédon comme Défenseure des droits entérinée

AUTORITE INDEPENDANTE Jacques Toubon, qui a notamment été ministre de la Justice de 1995 à 1997 sous la présidence de Jacques Chirac, doit quitter ses fonctions fin juillet

20 Minutes avec AFP

— 

Claire Hedon, présidente de ATD Quart Monde, en mars 2020.
Claire Hedon, présidente de ATD Quart Monde, en mars 2020. — ISA HARSIN/SIPA

La nomination de Claire Hédon au poste de Défenseure des droits en remplacement de l’ancien ministre Jacques Toubon, a été entérinée mercredi par le Parlement. Claire Hédon, 57 ans, journaliste de radio et présidente depuis 2015 de l’association de lutte contre la pauvreté ATD-Quart Monde, est nommée, sur proposition de l’Elysée, pour un mandat de six ans à la tête de cette autorité indépendante dont les avis purement consultatifs se sont imposés dans le débat public.

Jacques Toubon, qui a notamment été ministre de la Justice de 1995 à 1997 sous la présidence de Jacques Chirac, doit quitter ses fonctions fin juillet. Sous son mandat, l’institution a gagné en visibilité et s’est muée en vigie des libertés publiques.

« Succession exigeante » de Jacques Toubon

Lors de son audition mercredi au Sénat puis à l’Assemblée nationale, Claire Hédon a déclaré vouloir se placer dans « une succession exigeante » de Jacques Toubon et travailler sur « l’effectivité de tous les droits pour tous, qu’ils soient économiques, socio-culturels, civils ou politiques, sans hiérarchie ».