14-Juillet à Lyon : Plusieurs incendies de véhicules et affrontements avec la police dans la métropole

DEGRADATIONS Des échauffourées avec les forces de l’ordre ont notamment éclaté mardi soir à Lyon 9e et à Bron

J.Lau.

— 

Photo d'illustration d'une voiture incendiée lors d'une nuit de tensions, le 13 juillet en banlieue parisienne.
Photo d'illustration d'une voiture incendiée lors d'une nuit de tensions, le 13 juillet en banlieue parisienne. — Bastien LOUVET/BRST/SIPA
  • Dans la lignée de la délicate situation depuis le déconfinement, la métropole de Lyon a vécu deux nouvelles nuits de débordements lundi et mardi.
  • Voitures brûlées, affrontements avec les forces de l’ordre et explosions en tout genre ont résonné jusqu’au bout de la nuit.
  • « N’attendons pas un drame », prévient Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux.
  •  

La métropole lyonnaise n’a pas attendu le 14-Juillet pour vivre une nuit perturbée par de nombreuses détonations. Depuis le déconfinement, les habitants de plusieurs quartiers de la ville, ainsi que des communes autour, dénoncent de fortes nuisances allant des pétards aux tirs de mortiers. Un constat d’insécurité qui a tourné au calvaire pour de nombreux Lyonnais, lundi et mardi soir, malgré l’interdiction préfectorale de célébrer sur la voie publique le 14-Juillet avec pétards et feux d'artifice.

Outre les nombreux feux d’artifice amateurs tirés, les dégradations du mobilier urbain ont été multiples, avec plusieurs dizaines (bilan exact non communiqué pour le moment) de véhicules incendiés. Sept interpellations ont eu lieu durant chacune des deux nuits. Des vidéos d’internautes ont montré durant toute la nuit des incivilités à Rillieux-la-Pape, Villeurbanne, Décines ou dans le 3e arrondissement de Lyon, avec explosions voire affrontements avec la police comme à Bron ou Lyon 9e.

Une pétition pour « la proclamation de l’urgence sécuritaire » à Lyon

Le tramway T1 n’a par exemple pas pu circuler durant une partie de la soirée entre Perrache (Lyon 2e) et Debourg (Lyon 7e), en raison de violences à Confluence, et les vitres d’un bus auraient été brisées à Rillieux-la-Pape. La maire communiste de Vénissieux, Michèle Picard, indique ce mercredi avoir alerté dès l’été dernier le Premier Ministre afin « de durcir urgemment la réglementation pour la vente en ligne, libre et sans contrôle, de pièces pyrotechniques ». Elle pointe « une situation alarmante avec ces troubles à l’ordre public » autour de Lyon.

Ancien conseiller LR du 2e arrondissement, Grégory Sansoz souligne de son côté ce mercredi que « la violence a pris le pas sur la fête » et demande au nouveau maire EELV de la ville Grégory Doucet « la proclamation de l’urgence sécuritaire », via une pétition jusque-là soutenue par « plus de 600 personnes ». « N’attendons pas un drame », insiste Michèle Picard.