14-Juillet : Défilé vide, annonces et affrontements… Une fête nationale pas comme les autres

CEREMONIE Le président de la République a répondu aux questions de deux journalistes de TF1 et France 2

L. Gam. et L. Be.

— 

La patrouille de France survole des Champs-Elysées quasi vides en ce 14 juillet.
La patrouille de France survole des Champs-Elysées quasi vides en ce 14 juillet. — Ludovic Marin / POOL / AFP
  • Emmanuel Macron avait refusé jusqu’ici la traditionnelle interview du 14-Juillet, imposée par Valéry Giscard d’Estaing. Mais cette année, il a répondu aux questions de deux journalistes dans un contexte particulièrement tendu.
  • Ce matin, le traditionnel défilé militaire à Paris, a eu lieu sans public ou presque.
  • Le gouvernement avait annoncé il y a quelques semaines que les célébrations de la fête nationale 2020 seraient dédiées aux héros du quotidien pendant la crise du coronavirus.

On ferme ce live sur cette touche musicale. Profitez bien du feu d’artifice de votre fenêtre. Une fois n’est pas coutume.

21h10 : Concert et feu d’artifice sur le Champ-de-Mars mais sans public

On attend le feu d’artifice pour 23h, mais sans public. En première partie de soirée, le concert de Radio France sur le Champ-de-Mars est à huis clos. Petit aperçu. Pour le suivre, ça se passe sur France 2 avec Stéphane Bern à la présentation.

 

20h26: En attendant le feu d'artifice...

... On se refait un point sur les grandes annonces d'Emmanuel Macron ce midi. 

  • Le masque obligatoire dans les lieux clos dès le 1er août.
  • Les dépistages virologiques, par des tests PCR après prélèvements dans le nez, seront en possibles sans ordonnance.
  • Les éventuels nouveaux confinements se feront localement.
  • Le plan de relance, qui doit comprendre un volet écologique important avec notamment un plan massif de rénovation des écoles et Ehpad, sera financé par des aides européennes.
  • Il a défendu les accords d'entreprise qui demandent au salarié une «modération salariale» pour préserver l'emploi, mais dit avoir aussi demandé aux entreprises une «modération des dividendes».

Le détail par ici. 

20h23 : Véran répondra la semaine prochaine aux « attentes » qui demeurent

Les personnels de santé ont « encore des attentes », malgré les revalorisations salariales annoncées lors du « Ségur », a reconnu mardi Olivier Véran, qui a promis d’y répondre la semaine prochaine par de nouvelles mesures « non salariales », notamment sur l'« organisation de l’hôpital ». Interrogé sur les manifestations organisées mardi, à Paris et en régions, pour dénoncer les insuffisances du « Ségur » face aux besoins de l’hôpital public, le ministre a estimé que la mobilisation était moindre que lors des derniers mois.

18h52 : Gérald Darmanin a condamné « fermement » les incidents à Paris

Le ministre de l’Intérieur a condamné les affrontements entre manifestants et policiers. « Je condamne avec la plus grande fermeté les comportements inacceptables commis contre nos forces de l’ordre en marge de la manifestation de cet après-midi », a-t-il tweeté.

 

18h11 : Du gaz lacrymogène utilisé à Paris

Plusieurs internautes, dont Rémy Buisine, rapporte que du gaz lacrymogène est utilisé dans la mobilisation du personnal soignant pour plus de moyens pour l’hôpital public à Paris.

17h50 : Des milliers de manifestants dans plusieurs villes de France

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi à Paris et en région à l’appel d’une dizaine d’organisations syndicales, dont SUD et la CGT, pour dénoncer les accords conclus lors du « Ségur de la santé », jugés insuffisants face aux besoins de l’hôpital public. A Paris, la manifestation a été marquée par des heurts sporadiques entre les forces de l'ordre et des manifestants en fin de cortège sur la place de la Bastille. 

17h10 : La petite phrase de Macron pour défendre Darmanin qui fait bondir #NousToutes

Emmanuel Macron a défendu la nomination de Gérald Darmanin au nom de la présomption d’innocence dont il s’estime le « garant ». Mais l’argument du chef de l’Etat ne semble pas avoir convaincu le collectif féministe #NousToutes qui a relevé sur Twitter plusieurs formules. A lire ici. 

16h09 : Quelques réactions à l’interview du président

 

15h52: Que faut-il retenir des annonces d'Emmanuel Macron ?

Port du masque, bilan de ses trois premières années de quinquennat, passage de relais entre Édouard Philippe et Jean Castex, relance économique… La liste est longue des sujets abordés par Emmanuel Macron lors de son interview télévisée ce mardi. Retrouvez l'ensemble des annonces ici.  

15h49 : L’hommage d’Olivier Véran aux soignants

Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a tenu à rendre hommage aux soignants sur Twitter.

 

15h46 : Selon la journaliste Aude Lancelin, voici l’image du jour

 

15h30: Des milliers de manifestants à Paris pour l'hopital public

Plusieurs milliers de personnes manifestent mardi à Paris à l'appel de plusieurs organisations syndicales, dont la CGT et Solidaires ainsi que du Collectif Inter-Hôpitaux afin de réclamer plus de moyens pour l'hôpital.

«Le Covid a montré qu'on avait besoin de lits, on les a pas», explique dans le cortège Guillaume Rosey, infirmier en neurologie à Maubeuge, déçu par les accords signés lundi par certaines organisations syndicales dans le cadre du Ségur de la santé.

 

14h46 : Le plan de relance de l’économie française représentera « au moins 100 milliards d’euros »

Le plan de relance de l’économie française représentera « au moins 100 milliards d’euros », en plus des 460 milliards déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l’économie depuis le début de l’épidémie, a annoncé mardi Emmanuel Macron. « On met avec ce plan de relance, en plus de cet argent déjà mis, au moins 100 milliards pour faire la relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative. Je suis convaincu qu’on peut bâtir un pays différent d’ici à dix ans », a affirmé le président de la République.

14h37 : Concernant les contrôles policiers, Emmanuel Macron veut généraliser les caméras-piétons « avant la fin du quinquennat »

 

14h32 : Macron veut un « grand programme de rénovation » des écoles et des Ehpad

14h31 : Emmanuel Macron annonce vouloir « redévelopper massivement » le fret ferrovaire, les trains de nuit et les petites lignes

14h26 : Emmanuel Macron veut inscrire « le plus vite possible » la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution

14h17 : « On ne résout pas une crise comme celle-ci en augmentant les impôts »

 

14h15 : « Nous ne ferons pas l’économie d’une réforme de notre système de retraites », insiste Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a estimé que la France ne pourrait pas faire « l’économie d’une réforme » de son système de retraites, tout en reconnaissant que le projet du gouvernement ne pourrait pas être maintenu tel qu’il était prévu avant la crise sanitaire. « Nous ne ferons pas l’économie d’une réforme de notre système de retraite, pour qu’il soit viable », a assuré le chef de l’État. Néanmoins, cette réforme « ne peut pas se faire comme elle était emmanchée avant la crise du Covid », a-t-il concédé.

14h12 : Macron dit respecter la colère féministe, mais défend la nomination de Darmanin

Emmanuel Macron a dit mardi respecter « l’émoi et la colère » des féministes après l’arrivée au ministère de l’Intérieur de Gérald Darmanin, en raison des accusations de viol qui le visent, mais a défendu cette nomination au nom de la présomption d’innocence dont il s’estime le « garant ». « Je respecte toujours l’émoi et la colère des causes justes. La cause féministe, je la partage, j’en ai fait un fil rouge de ce quinquennat », a souligné le chef de l’Etat lors d’un entretien télévisé du 14 juillet.

14h09 : Un « dispositif exceptionnel d’exonération des charges » pour favoriser l’emploi des jeunes va être mis en place

Le gouvernement va mettre en place un « dispositif exceptionnel d’exonération des charges pour les jeunes », destiné en particulier à favoriser l’embauche de salariés à « faibles qualifications, jusqu’à 1,6 Smic », a annoncé mardi Emmanuel Macron. Ce dispositif, destiné à faire de la jeunesse « la priorité de cette relance », est « exceptionnel parce qu’il durera un à deux ans, on va l’évaluer », a précisé le chef de l’Etat lors lors d’un entretien télévisé à l’occasion du 14 juillet.

14h05 : La crise économique va provoquer « une augmentation du chômage massive », annonce Emmanuel Macron

Le plan de relance de l’économie française représentera « au moins 100 milliards d’euros », en plus des 460 milliards déjà engagés en mesures sectorielles et de soutien à l’économie depuis le début de l’épidémie. « On met avec ce plan de relance, en plus de cet argent déjà mis, au moins 100 milliards pour faire la relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative. Je suis convaincu qu’on peut bâtir un pays différent d’ici à dix ans », a affirmé le président de la République.

14h04 : « Notre jeunesse est la priorité de cette relance »

13h58 : Concernant la découverte d’un éventuel vaccin efficace contre le Covid-19, Emmanuel Macron considère qu’il est « absurde » de faire du « nationalisme sanitaire »

13h54 : Pour Emmanuel Macron, « la rentrée des classes en septembre sera « quasi normale »»

La rentrée des 12 millions d’élèves français en septembre sera « quasi normale », a indiqué mardi Emmanuel Macron, insistant sur le besoin de soutenir « les enfants qui ont le plus souffert du confinement ». La rentrée sera « la plus normale possible », a insisté le président, mais « évidemment », a-t-il précisé, « s’il y avait une accélération (du virus) pendant le mois d’août, on sera amené à revoir cette rentrée. Ca n’est pas ce que je souhaite, si on fait bien les choses nous aurons une rentrée des classes un peu différente, encore plus exigeante ».

13h50 : « Nous avons des signes que ça repart un peu », admet Emmanuel Macron

13h47 : S’il y a une deuxième vague, « oui, nous sommes prêts »

« Nous serons prêts » en cas de « recrudescence » de l’épidémie du coronavirus avec des « stocks et des approvisionnements sécurisés », a assuré le président Emmanuel Macron mardi lors de son entretien télévisé du 14 juillet. « Nous avons à la fois les stocks et les approvisionnements qui sont sécurisés et nous avons l’organisation au plus près du terrain, qui permettrait de faire face à une recrudescence, si elle était là », a insisté le chef de l’Etat.

13h44 : « Je souhaite que le gouvernement rende, dans les semaines à venir, obligatoire le port du masque dans tous les endroits publics clos », annonce Emmanuel Macron

13h36 : Le président de la République « radicalement en désaccord » avec l’idée que le gouvernement soit « de droite »

13h33 : « J’ai fait ce que j’avais dit que je ferais »

13h29 : Emmanuel Macron fait un bilan des trois premières années de son quinquennat et rend hommage « aux différents gouvernements d’Edouard Philippe »

13h24 : « Notre pays a peur, il traverse une crise de confiance »

Emmanuel Macron a estimé que la France « au fond a peur » et regretté « une crise de confiance », tout en reconnaissant être l’objet « d’une détestation » alimentée parfois par ses propres « maladresses ».

« Les gens se sont mis à détester ce président qui voudrait tout réformer pour que ce ne soit que les meilleurs qui puissent réussir », « ça n’est pas mon projet mais le jeu des maladresses, parfois des phrases sorties de leur contexte », a-t-il dit lors d’une interview sur TF1 et France 2.

13h20 : L’interview d’Emmanuel Macron débute à la télévision

12h50 : Et pendant ce temps-là, le nouveau ministre de l'Intérieur quitte Tourcoing

Sa décision était attendue. Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin va démissionner aujourd'hui de son poste de maire de Tourcoing le 14 juillet. Ce choix n’est cependant pas complètement une surprise. Le nouveau ministre de l’Intérieur avait pris la semaine dernière la même décision pour son poste de conseiller régional.

 

12h44 : Emmanuel Macron pourrait aborder dans son interview l'épineux sujet des nominations dans le gouvernement Castex de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti

Dénonçant « la culture du viol En Marche », plusieurs milliers de manifestants ont protesté vendredi dernier à Paris et dans plusieurs villes de France contre la présence au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol, et d’Eric Dupond-Moretti, très critique envers le mouvement #MeToo.

12h27 : Plusieurs incendies en Ile de France cette nuit sont à déplorer

A Nanterre, un bus de la RATP et un gymnase ont été incendiés et totalement détruits, a-t-on appris auprès de la préfecture des Hauts-de-Seine. Ailleurs en Ile-de-France, d'autres incidents ont eu lieu. Dans les Yvelines, 17 personnes ont été interpellées et trois policiers ont été blessés aux Mureaux et à La Celle-Saint-Cloud.

En Essonne, un fonctionnaire a été légèrement blessé en tentant d'interpeller un homme qui incendiait un mat de caméra de vidéosurveillance à Etampes. Quatre personnes ont été interpellées dans le département. Dans le Val-d'Oise, la police a procédé à 19 interpellations, et en Seine-et-Marne, six personnes ont été arrêtées, principalement pour des feux de poubelles ou de voitures. Dans Paris intra-muros, des sources policières ont fait état de tirs de mortiers d'artifice en direction des forces de l'ordre dans plusieurs quartiers du 12e, 18e, 19e et 20e arrondissement.

11h56 : La Marseillaise s'élève place de la Concorde pour clore une cérémonie bien particulière en ce jour de fête nationale

11h50 : En pleine cérémonie, une banderole s'envole dans le ciel parisien pour dénoncer la politique d'Emmanuel Macron

 

11h40 : Après le passage en revue des troupes au sol, Emmanuel Macron a pu apprécier le survol des Champs-Elysées et de la place de la Concorde par les avions de la patrouille de France

11h10 : Emmanuel Macron passe en revue les troupes en format restreint

 

11h00 : Marquée par la crise du coronavirus, la cérémonie militaire a débuté place de la Concorde

 

10h40 : Emmanuel Macron arrive place de la Concorde où débute la cérémonie militaire

Avant lui, sa femme Brigitte Macron était arrivée sur les lieux.

 

10h24 : Quels sont les sujets qu'Emmanuel Macron va aborder dans son interview ?

Relance, écologie, retraites... La nouvelle équipe gouvernementale de Jean Castex a du pain sur la planche et Emmanuel Macron pourrait annoncer quelques pistes dès cet après-midi.

10h10 : Le chef de l’Etat est attendu vers 10h40 devant les tribunes dressées place de la Concorde

Dans les gradins, 2.500 invités, dont 1.400 représenteront les Français en première ligne pendant l’épidémie : soignants, famille de soignants morts du Covid-19, enseignants, caissiers, agents funéraires, policiers, gendarmes, pompiers, salariés d’usines de masques ou de tests.​ "En ce 14 Juillet (...) je souhaite, avec tous les Français, avec les armées elles-mêmes, rendre un vibrant hommage aux personnels de santé et à celles et ceux qui, dans tous les secteurs, ont permis à la vie publique, sociale et économique de continuer", a déclaré Emmanuel Macron dans un message publié mardi matin.

9h42 : Emmanuel Macron est très attendu par les Français pour son interview cet après-midi, de gros sujets étant en attente de réponse

 

9h34 : Léa Salamé et Gilles Bouleau choisis pour interroger le chef de l'Etat

L’Elysée a désigné le duo Gilles Bouleau, présentateur du 20 Heures de TF1, et Léa Salamé, animatrice de l’émission politique Vous avez la parole sur France 2, pour mener cette interview qui marque le retour d’une tradition présidentielle qui avait été supprimée depuis 2017. L’interview est donc prévue vers 13 heures « pour avoir un maximum d’audience », indique un haut cadre. Elle se déroulera à la suite du défilé des Champs-Elysée. Emmanuel Macron compte préciser les grandes lignes de sa politique, à deux ans de la présidentielle de 2022.

9h26 : Pour les orphelins des traditionnels bals des pompiers, annulés cette année, les soldats du feu de Lille ont une solution

Un DJ sur la grande échelle

 

9h15 : « Merci et bravo »

Ces ont les deux mots prononcés hier par le président de la République à l’attention des armées pour leur engagement durant la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. Lundi, Emmanuel Macron a rendu un premier hommage appuyé à la communauté militaire, rassemblée dans les jardins de l’Hôtel de Brienne, pour sa contribution à la lutte contre la pandémie dans le cadre de l’opération Résilience.

9h07 : Place à un 14-Juillet petit format avec un défilé des armées parisien, fermé au public mais retransmis à la télévision

Epidémie de Covid-19 oblige, le traditionnel défilé des armées à Paris, pour la fête nationale du 14 juillet, est remplacé ce mardi par une cérémonie en format réduit, qui mettra à l'honneur les militaires et civils mobilisés pendant la crise sanitaire.

Avec pour thème "une Nation engagée, unie et solidaire", cette cérémonie parisienne présidée par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, mettra particulièrement en valeur la participation des armées à la lutte contre le coronavirus au sein de l'opération Résilience, avant de s'achever par un hommage plus large aux soignants, au son de la Marseillaise. La Patrouille de France réalisera un second passage exceptionnel en leur honneur.

Bonjour à toutes et tous en ce 14-Juillet bien particulier. Je suis avec vous pour une bonne partie de la journée, pour les premières cérémonies militaires, puis l'interview du chef de l'Etat aux alentours de 13 heures, avant d'arriver doucement aux quelques feux d'artifice maintenus en France, malgré la crise du coronavirus.

Sortez clairons et côtillons, toujours dans le respect des gestes barrières, et c'est parti pour la fête nationale 2020 !