Nantes : « Attention aux portières ! » On a testé les cours de vélo pour apprendre à se débrouiller en ville

DEPLACEMENTS A Nantes, « 20 Minutes » a suivi une leçon de « remise en selle », prévue pour les cyclistes urbains en manque de confiance

Julie Urbach

— 

On a suivi une leçon avec Place au vélo
On a suivi une leçon avec Place au vélo — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Alors que de nombreux citadins ont envie de ressortir leur vélo pour leurs trajets quotidiens, circuler en centre-ville s’annonce parfois délicat.
  • Rond-point, portières, tram… On a appris à se débrouiller face à toutes les embûches que l’on peut rencontrer sur notre chemin.

« Quand il n’y a personne, ça va… Mais au milieu du bruit, des grosses voitures, et des panneaux dans tous les sens, je panique ! » Claudine, 61 ans, a besoin d’être « rassurée ». Alors que de nombreux citadins ont envie de ressortir leur vélo pour leurs trajets quotidiens, circuler en centre-ville s’annonce parfois délicat… Pour revoir les bases avant de se lancer, des cours de « remise en selle » sont proposés gratuitement depuis le déconfinement un peu partout en France. A Nantes, on a pu suivre l’une de ces leçons de deux heures, dispensées par l’association Place au vélo.

Avant tout, on ne plaisante pas avec les réglages. L’élève du jour n’est pas super bien partie : sa sonnette, pourtant obligatoire, est cassée et ses pneus sont quasiment à plat… « Il faut les gonfler tous les quinze jours, recommande Laurent Chailloy, formateur chez Place au vélo. Sinon, vous allez avoir un risque de crevaison, du mal à garder votre direction, et allez vous fatiguer. » Après un petit coup de pompe et avoir enfilé son gilet jaune (recommandé mais pas obligatoire en ville), on peut démarrer.

Le risque numéro 1 : l’emportiérage

Après une première colle (oui, les cyclistes ont le droit de circuler à faible allure sur une zone piétonne) vient la première frayeur. « Attention ! » Rue des Hauts-Pavés, on évite juste à temps une portière qui s’ouvre devant nous. « L’emportiérage, c’est l’un des risques les plus importants en ville, acquiesce Laurent Chailloy. L’astuce, c’est de ne pas suivre les petits pictogrammes souvent placés trop à droite, mais de rouler davantage au milieu de la chaussée pour se protéger. D’ailleurs, un décret de 2015 nous autorise à le faire lorsqu’on longe des véhicules stationnés. Tant pis s’il y a du monde derrière, il faut prendre sa place. »

Dans le même style, on apprend que la plupart du temps, les cyclistes n’ont pas l’obligation d’emprunter la piste cyclable. C’est la signification de ces petits panneaux bleus et carrés (contrairement aux ronds), que l’on croise un peu partout pendant notre trajet. Mais ce n’est pas une raison pour partir en roue libre… « Pas question de remonter par la droite une file de voitures à l’arrêt, illustre Laurent Chailloy. Rouler sur un trottoir est complètement interdit, sauf si on descend et que l’on pousse son vélo à la main ».

Ronds points et voies de tram, attention danger

Au guidon de son VTC noir, Claudine s’étonne de la majorité de ces règles. « Le permis, pour moi, c’était il y a longtemps ! », s’amuse celle qui n’a plus de voiture. Mais pas le temps de papoter, c’est le moment de se frotter à l’un des (nombreux) ronds-points nantais. La technique, c’est de se placer au milieu, histoire d’être bien vu et de ne pas couper la route aux autres. Avec les bras, on indique la direction que l’on prend. Et surtout, on n’hésite pas.

Un peu plus loin, autre difficulté : une voie de tram à franchir. « Comme pour les bordures ou les rails, surtout quand c’est humide, il y a un vrai risque de chute, confirme Laurent Chailloy. Pour limiter le danger, il faut le prendre à la perpendiculaire. » Et notamment à l’arrêt Poitou, tristement connu pour cristalliser pas mal d’accidents… Avec ce conseil, ça passe nickel. « J’avoue que je vous ai suivi sans regarder si un tram arrivait », lance tout sourire Claudine à son professeur, une fois de l’autre côté.

« Pas légitime à vélo »

Avant de rentrer par un quartier plus calme, en profitant de l’agréable petit vent, on croise aussi pas mal de panneaux « cédez-le passage cycliste » : ce triangle indique que l’on peut continuer (en général pour tourner à droite) sans marquer l’arrêt au feu même s’il est rouge. Une « nouveauté » du Code de la route jugée bien pratique mais qui a tendance à hérisser certains automobilistes ou susciter l’incompréhension des cyclistes néophytes…

« Jusqu’à maintenant, je ne me sentais pas légitime à vélo, j’avais jamais l’impression d’être à la bonne place, concède Claudine, qui ne s’en est pas trop mal sortie pendant cette boucle de 5 km. Maintenant, c’est à moi de continuer de pratiquer ! »

A Nantes, ces séances gratuites (2 heures), se déroulent le mercredi soir et le vendredi matin au départ de l’association Place au vélo (quartier Viarme). En individuel ou par groupe de deux ou trois. Inscriptions sur coupdepoucevelo.fr