Gendarme tuée dans le Lot-et-Garonne : L’avocat du suspect appelle au calme

FAITS DIVERS Me Edouard Martial, dont le client encourt la réclusion criminelle à perpétuité, ne veut pas qu’il soit « lynché »

20 Minutes avec AFP

— 

Un gendarme (illustration)
Un gendarme (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Son objectif est de calmer les esprits. L’avocat du jeune homme mis en examen pour le meurtre d’une gendarme de 25 ans qu’il a percutée en voiture dimanche près d’Agen a demandé mercredi à l’opinion publique de ne pas « lyncher » son client.

Ce dernier encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Un garçon « totalement effrayé »

« Il ne conteste absolument pas sa responsabilité mais conteste bien évidemment l’intention homicide dont le parquet a fait largement état », a déclaré son avocat Me Edouard Martial. « C’est un garçon qui est totalement effrayé par les conséquences de ce qui s’est passé et surtout par la qualification qui lui tombe dessus. (…) Il a bien retenu qu’on disait de lui qu’il était un meurtrier. De meurtrier à monstre il n’y a pas long, et la qualification a d’ailleurs été employée sur les réseaux sociaux ».

« J’ai confiance en les juges », a ajouté l’avocat. « Je leur demande d’être indépendants aussi de l’opinion publique. Comment résister avec les réseaux sociaux et le déchaînement auquel on assiste ? (…) Ils s’autorisent tout, à juger, à condamner et à lyncher si on leur en laissait la possibilité. On fera avec mais notre voix ne restera pas silencieuse », a-t-il averti.

Une enquête partiale selon l’avocat

Me Martial, qui partagera la défense avec sa consœur du barreau d’Agen Me Isabelle Gillet, a déploré le fait que la section de recherche de Bordeaux soit chargée de l’enquête alors que la victime est gendarme : « On n’a rien trouvé de mieux que de désigner un service de gendarmerie pour enquêter sur un autre service de gendarmerie. C’est ça l’égalité des armes à la française ? ».

Les honneurs militaires seront rendus à Mélanie Lemée jeudi à l’état-major de la région de gendarmerie de Nouvelle-Aquitaine, à Mérignac (Gironde), en présence de Gérald Darmanin.