Un maire invite le ministre Dupond-Moretti à découvrir son tribunal de « misère »

JUSTICE Le Garde des Sceaux s'était targué d'avoir sillonné la France et connaître tous les tribunaux

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Dupond Moretti, nouveau Garde de Sceaux s'est déplacé à la prison de Fresnes mardi 7 juin 2020.
Eric Dupond Moretti, nouveau Garde de Sceaux s'est déplacé à la prison de Fresnes mardi 7 juin 2020. — AFP

« M. le Ministre, de mémoire d’avocats, vous n’êtes jamais venu à Cusset » : le maire de cette ville de l’Allier, qui porte lui-même la robe noire, invite Éric Dupond-Moretti  à « rattraper cet oubli » en venant y « découvrir la misère de la Justice locale ».

Le maire interpelle le tout nouveau ministre

L’ex-ténor du barreau devenu garde des Sceaux a déclaré mardi, en prenant ses fonctions en remplacement de Nicole Belloubet, qu’il a sillonné la France « durant 36 ans » au gré de ses procès et qu’il en connaît « tous les tribunaux ».

Mais Jean-Sébastien Laloy, maire LR de Cusset et avocat de métier lui aussi, a mené l’enquête : « de mémoire d’avocats cussétois, nul n’a souvenir de votre passage dans notre petite juridiction bourbonnaise », écrit-il au ministre dans une lettre rendue publique mercredi sur Twitter.

« Nous vous proposons de rattraper cet oubli et de découvrir la misère de la Justice locale. Besoin urgent d’une nouvelle Cité Judiciaire », poursuit l’élu dans son tweet.

Une seule salle d’audience

« Le tribunal judiciaire de Cusset, première juridiction du département de l’Allier, est sans doute le seul tribunal de France à ne disposer que d’une seule salle d’audience. Certaines doivent ainsi avoir lieu dans la bibliothèque exiguë du tribunal. Les délégués du procureur ont leurs bureaux dans les caves. Chaque hiver, des cartons sont scotchés aux fenêtres pour tenter de freiner l’entrée du froid », décrit Jean-Sébastien Laloy dans sa lettre.

La construction d’une nouvelle cité judiciaire dans cette ville de l’agglomération vichyssoise est actée depuis février 2019 dans la programmation immobilière du ministère. Mais « depuis cette date », les discussions relatives à sa réalisation « avancent lentement », regrette le maire-avocat.