Coronavirus : La crise sanitaire redistribue les cartes dans les fortunes de France, selon « Challenges »

RICHESSES Mais la crise du coronavirus n’a pas fait baisser les revenus des milliardaires français, puisque les 500 plus grandes fortunes ont vu leur montant cumulé augmenter de 3 %

20 Minutes avec AFP

— 

Bernard Arnault, pdg de LVMH est toujours en 2020 l'homme le plus riche de France.
Bernard Arnault, pdg de LVMH est toujours en 2020 l'homme le plus riche de France. — Thibault Camus/AP/SIPA

Malgré l’épidémie de coronavirus qui a mis en difficulté de nombreuses entreprises, le montant cumulé des 500 plus grandes fortunes de France a progressé de 3 % en 2020 pour atteindre le niveau record de 730 milliards d’euros. C’est le bilan publié ce mercredi par le magazine Challenges , qui dévoile le classement des plus grandes fortunes de France.

Le patrimoine des 500 plus riches a donc continué de croître malgré la crise sanitaire, qui a redistribué les cartes au sein de ce classement, sans toutefois détrôner Bernard Arnault et plus généralement le secteur du luxe.

Une fortune qui représente le tiers du PIB

Cette fortune cumulée représente « l’équivalent du tiers du PIB attendu cette année », une part qui a été multipliée par dix depuis 1996, lors de la première édition du palmarès, précise Challenges. Les actionnaires des entreprises œuvrant dans les secteurs moins affectés par la crise du coronavirus ont logiquement tiré leur épingle du jeu.

Comme l’an dernier, le luxe domine le classement, le PDG de LVMH Bernard Arnault et sa famille en tête, avec une fortune qui a bondi de 13 % pour atteindre pour la première fois la barre des 100 milliards d’euros. La famille Hermès se classe à la deuxième place loin derrière, avec 55,5 milliards.

La santé, un secteur bien représenté

Les entrepreneurs issus de la santé ont également vu leur fortune s’accroître nettement, à l’instar d’Alain Mérieux et de sa famille, qui contrôlent le laboratoire spécialisé dans le diagnostic bioMérieux (+54 % à 8 milliards d’euros, 13e place) ou de Gilles et Yves-Loïc Martin, héritiers des laboratoires Eurofins Scientific (+65 % à 3,8 milliards d’euros, 27e place). La santé est également bien représentée parmi la soixantaine de nouveaux entrants au classement : Stéphane Bancel, cofondateur de la biotech Moderna, fait même l’une des meilleures arrivées, en débarquant à la 66e place avec 1,45 milliard d’euros.

Parmi ceux qui ont vu leur fortune se réduire au cours de l’année, on retrouve des entrepreneurs issus de la restauration et de l’hôtellerie, secteurs particulièrement frappés par le confinement et les conséquences de la crise sanitaire. Le patron du groupe Bertrand (Burger King, Hippopotamus…), Olivier Bertrand, a ainsi vu sa fortune diminuer de 27 % à 400 millions d’euros (207e place). Autre exemple, la fortune de Dominique Desseigne et de la famille Desseigne-Barrière, qui contrôlent le groupe d’hôtels et casinos Lucien Barrière, a été amputée d’environ un tiers, retombant à 610 millions d’euros et à la 142e place, contre la 103e l’an dernier.