Morlaix : Des centaines de personnes rassemblées contre la fermeture de Hop !

MANIF La filiale régionale d’Air France envisage de fermer son site de maintenance à Morlaix à l’horizon 2023

J.G. avec AFP

— 

Des avions de la compagnie Hop!, filiale d'Air France.
Des avions de la compagnie Hop!, filiale d'Air France. — F.Tanneau/AFP
  • Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce mercredi à Morlaix (Finistère) pour dénoncer la fermeture du site Hop ! prévue à l’horizon 2023.
  • La filiale régionale d’Air France prévoit de fermer ses sites de maintenance à Morlaix et Lille ainsi que sa base de personnel navigant de Toulouse.
  • Plus de 1.000 emplois sont menacés au sein de Hop !.

Après les salariés de Nokia à Lannion, c’est au tour des employés de Hop ! à Morlaix (Finistère) de défendre leur emploi. Ce mercredi matin, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le site de la filiale régionale d’Air France qui est menacé de fermeture. « On nous a dit : vous êtes bons, mais en 2023 c’est fini, donc prenez votre pelle et creusez votre tombe », peste Valérie Scattolin, élue au CSE UNSA et coordinatrice hygiène sécurité environnement sur le site de Morlaix.

« On est en colère, on est contre ce projet », poursuit cette salariée de Hop ! depuis vingt-trois ans, peu avant une rencontre entre les salariés et la direction nationale venue présenter ses orientations stratégiques à l’horizon 2023. Dans cette filiale, née en 2013 de la fusion des compagnies Brit Air, Régional et Airlinair, 40 % des quelque 2.400 emplois doivent être supprimés. Ses sites de maintenance à Morlaix et Lille ainsi que sa base de personnel navigant de Toulouse sont menacés.

Un millier d’emplois menacés chez Hop !

« On n’attend rien du tout de cette rencontre, on sait déjà ce qu’ils vont nous dire », a assuré Sébastien Grandjean, salarié du site de Morlaix et représentant CGT au CSE. « Nous menons ici une action symbolique contre la fermeture définitive du site prévue à l’horizon 2023 », a-t-il expliqué. Quelque 280 personnes travaillent sur le site de Hop ! à Morlaix.

« Air France a reçu sept milliards d’aide de la part de l’État dans le contexte de la crise sanitaire, c’est une aide qui devrait être consacrée à la sauvegarde de l’emploi sauf qu’aujourd’hui c’est tout le contraire », a ajouté Sébastien Grandjean. « Air France va donc financer un plan social avec ses sept milliards », a-t-il dénoncé.

Secoué par la crise du Covid-19, le groupe Air France compte supprimer plus de 7.500 postes d’ici fin 2022 dans le cadre de sa nouvelle stratégie, dont environ 6.500 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1.000 au sein de Hop !.