Limitation de vitesse : Une question qui a toujours fait débat

CA DATE PAS D'HIER Cette fois, c’est la Convention citoyenne pour le climat qui a relancé le débat… Et Macron l’a aussitôt refermé

Thomas Lemoine

— 

Ça date pas d'hier : Les limitations de vitesse — 20 Minutes

Quand on parle de limitation de vitesse, Emmanuel Macron répond «joker». C’est dire si le débat est tendu. Tendu et loin d’être nouveau. Dès l’apparition des premières voitures, la question de la limitation de leur vitesse s'est posée.

Poussée par l’innovation des constructeurs, la vitesse de nos automobiles n'a pas cessé d'augmenter. Et, à l’instar de la force qui contrebalance le côté obscur, les questions de sécurité et de sauvegarde environnementale n'ont cessé de tenter de la limiter. Au milieu, des conducteurs, qui ont trop souvent l’impression d’être pris en tenaille, et qui ont parfois du mal à se contenir aux micros des journalistes.

Macron n’a pas envie d’entendre cette chanson

Alors quand les 150 de la Convention citoyenne pour le climat proposent, parmi leur 149 mesures, de passer de 130 km/h à 110 km/h la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes, c’est comme si une nouvelle pièce venait d’être introduite dans le juke-box des limitations de vitesse.

Chacun connaît sa partition. Les uns parlent d’atteinte aux libertés. Les autres d’espoir et de vie. Et les conducteurs sont mécontents. Emmanuel Macron, en opposant son joker, a débranché la prise de courant. Visiblement, il n’avait pas envie d’entendre cette chanson.