Non, un bar parisien n'a pas facturé les glaçons servis dans ses boissons

FAKE OFF Le photomontage parodique de l'addition d'un bar facturant les glaçons servis dans des Perrier est pris au sérieux par des internautes

A.O.

— 

Des glaçons. (illustration)
Des glaçons. (illustration) — Pixabay
  • Un bar parisien a-t-il eu l'audace de facturer 80 centimes d'euros chaque glaçon servi dans quatre Perrier ? 
  • C'est ce que laisse penser la photo virale d'une addition pour le moins salée.
  • Il s'agit en réalité d'un photomontage parodique, qui s'inspire toutefois d'un véritable ticket dénonçant la facturation de rondelles de citron dans des Perrier.

C’est ce qu’on appelle une addition salée. Ou plutôt glacée. Un peu plus de 72 euros pour quatre Perrier à 15 euros l’unité et… 16 glaçons facturés 80 centimes la pièce.

Sur Twitter comme sur Facebook, la photo d’un ticket censé émaner d’un bar parisien qui facture même ses glaçons suscite de nombreux commentaires perplexes ou indignés – voire violents : « Les bras m’en tombent », « Et vous voulez les sauver, mais qu’ils crèvent tous ces charognards »…

Il s’agit en réalité d’un photomontage réalisé il y a quelques mois par le site parodique Secretnews… qui s’était en revanche inspiré d’une addition tout aussi surprenante mais bien réelle.

FAKE OFF

Secretnews avait en effet publié un article intitulé « À Paris, certains bistrots facturent même les glaçons » le 18 septembre dernier, avec cette photo en guise d’illustration. A l’époque, les habitués de Twitter étaient en mesure de faire le lien avec l’actualité à laquelle faisait référence ce détournement humoristique : une addition de 30 euros pour cinq Perrier et cinq rondelles de citron, dont s’indignait une internaute deux jours avant sur le réseau social, ticket à l’appui.

« A Paris, on te fait payer la rondelle de citron dans ton perrier ! Vol manifeste ! », s’indignait-elle. Outre l’ajout assez évident d’un nouveau total sur l’addition retouchée, on constate bien, en comparant les deux photos, que le montage aujourd’hui viral reprend plusieurs signes visibles sur la facture d’origine (la table n°53 comme le numéro de ticket 2046007).

Celle-ci montrait en revanche l’adresse de l’établissement, situé à un endroit très touristique de Paris : à la sortie de la station Bir-Hakeim, empruntée par de nombreux touristes venus visiter la Tour Eiffel.

Une pratique légale en théorie

L’émoi suscité sur Twitter par cette photo avait amené Le Parisien à expliquer, dans un article, que la pratique de facturer les rondelles de citron n’avait rien d’illégal… et était même courante dans certains établissements de zones touristiques. Si cette pratique donne logiquement lieu à de vives critiques, les établissements restent libres de facturer les suppléments qu’ils souhaitent aux consommateurs tant que ceux-ci leur sont clairement indiqués – sur le menu, par exemple.

« Le pire c’est qu’ils en profitent pour arnaquer les touristes qui transitent par millions aux alentours de la tour Eiffel et qui ne connaissent pas les usages de notre pays. Les Chinois, les Allemands ou les Américains ne savent pas qu’en France, on ne paie pas la rondelle de citron ! », s’étranglait ainsi un salarié du quartier.

« A ce rythme, on peut aussi facturer les glaçons », plaisantait en outre une étudiante citée par le quotidien, sans se douter que sa blague serait prise au mot par Secretnews.