Bac 2020 : Comment les notes des candidats seront-elles harmonisées ?

EDUCATION Les notes des premier et deuxième trimestres, qui serviront pour l’évaluation de l’élève, pourront être revues à la hausse

Delphine Bancaud

— 

Des élèves qui découvrent leurs résultats au bac.
Des élèves qui découvrent leurs résultats au bac. — CHAMPALAUNE ROMAIN/SIPA
  • Les modalités d’attribution du bac 2020, marqué par l’annulation des épreuves terminales en raison du coronavirus, prévoit la prise en compte du contrôle continu.
  • 20 Minutes revient en détail sur la manière dont les jurys vont délibérer, avec les dernières précisions données par le ministère de l’Education ce mardi.

« Notre premier critère est de ne pas léser les élèves », a promis Jean-Michel Blanquer le 3 avril, lorsqu’il a présenté la manière dont le bac 2020 serait attribué. Car en raison de l’épidémie de coronavirus, pas question d’organiser les épreuves en présentiel.

Les candidats seront uniquement évalués sur la base du contrôle continu. Et cette semaine, les jurys chargés d’harmoniser les notes ont commencé à travailler. 20 Minutes refait le point sur le sujet.

Comment les élèves seront-ils évalués ?

Ne sont prises en compte que les notes des premier et deuxième trimestres avant le confinement, qui sont présentées sous forme de moyennes dans chaque discipline. Des moyennes validées par le conseil de classe « et arrondies à l’unité supérieure », précise le ministère de l’Education ce mardi soir. Les livrets scolaires transmis par les établissements aux jurys peuvent aussi « valoriser l’implication de l’élève » pendant le confinement et après, afin d’éclairer les jurys. Ils servent aussi à prendre en compte sa progression entre le premier et le troisième trimestre. « Tous ces éléments ont été remontés en fin de semaine dernière et les jurys commencent cette semaine leur travail d’harmonisation », explique-t-on rue de Grenelle.

Pour ce faire, les jurys disposeront de « statistiques portant sur les trois dernières années, comme les résultats au bac, le taux de mentions et les moyennes des élèves dans les disciplines. Cela permettra aux jurys d’avoir des éléments de contexte pour éviter qu’il y ait des distorsions manifestes », indique le ministère. Après délibération, les jurys attribueront le diplôme, avec ou sans mention, enverront d’autres candidats au rattrapage et en colleront d’autres.

Les candidats qui ont eu des notes médiocres pendant l’année seront-ils avantagés ?

Claire Guéville, secrétaire nationale responsable du lycée au Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, en doute. « Les moyennes des deux premiers trimestres sont le plus souvent inférieures aux notes obtenues à l’examen final », estime-t-elle. « Il va nous falloir des garanties sur le bon fonctionnement des jurys », ajoute-t-elle. Il est vrai que chaque année, certains élèves qui n’ont pas des notes mirobolantes ont tendance à donner un dernier coup de collier juste avant le bac. Ils pourraient être pénalisés par la prise en compte des deux premiers bulletins seulement. Et leurs établissements craignent de chuter dans les classements des lycées, en raison d’un plus faible taux de mentions cette année.

Ceux des lycées élitistes seront-ils lésés ?

Dans certains lycées, on note sévèrement les élèves pour les pousser à se dépasser. Tout en sachant qu’ils décrocheront sans peine une mention au bac. Sauf qu’avec le contrôle continu, la donne change. D’où le travail des jurys d’harmonisation, qui auront accès aux notes des élèves et à leurs appréciations. Et qui disposeront également d’éléments statistiques des lycées sur les trois dernières années, comme les résultats au bac dans chaque série ou le taux de mentions. Forts de ces données, ils pourront ainsi décider de « revaloriser la moyenne annuelle » d’un candidat, insiste le ministre. Reste à savoir si tous les jurys le feront à la même hauteur.

Quant à la rumeur selon laquelle certains enseignants auraient remonté les notes de leurs élèves avant de les transmettre aux jurys pour ne pas pénaliser leurs élèves, le ministère ne la confirme pas. « Ce sont les notes arrêtées par le conseil de classe », rappelle-t-on rue de Grenelle.

Les candidats qui iront aux oraux de rattrapage sont-ils avantagés cette année ?

Oui, car au vu de leurs notes des deux premiers trimestres, les candidats ont pu calculer s’ils auraient leur bac ou pas, ou s’ils passeraient les oraux de rattrapage (leur moyenne sera comprise entre 8 et 10/20). Et dans ce dernier cas, les candidats ont eu plus de temps pour s’y préparer, ces oraux étant prévus du 8 au 10 juillet. De plus, leurs établissements peuvent davantage les aider cette année : « Pour ces élèves, on va mettre en place des séances de coaching intensif », a ainsi indiqué Pascal Bolloré, membre du SNPDEN, premier syndicat des chefs d’établissement.

Enfin, cette année, certains élèves qui ont obtenu moins de 8/20 pourront aller au rattrapage, si les jurys le proposent. « Prenons l’exemple d’un candidat dont le début de l’année a été perturbé par un évènement familial, qui s’est amélioré au deuxième trimestre et qui s’est bien investi lors du troisième. Et qui a obtenu 7,75/20 de moyenne. On le fera revenir à la session de septembre », explique le ministère de l’Education.

Quid des élèves qui étaient inscrits dans un lycée hors contrat ?

Pour le privé hors contrat, soit l’établissement est en mesure de délivrer un dossier de contrôle continu qui tiendra lieu de livret, soit les candidats devront passer les examens en septembre, comme les candidats libres.