C’est l’heure du BIM : Affaire Cédric Chouviat, incertitudes des salariés et Google lutte contre les fake news

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)

L.Gam.

— 

Doria Chouviat, femme du livreur décédé, le 12 janvier 2020.
Doria Chouviat, femme du livreur décédé, le 12 janvier 2020. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Affaire Cédric Chouviat : Le livreur décédé à Paris après son interpellation a répété « J’étouffe » sept fois

« Arrête », « Je m’arrête », puis « J’étouffe » prononcé à sept reprises : tels sont les mots de Cédric Chouviat au cours des 22 secondes de son interpellation, selon une expertise datée du 21 avril, révélée par Le Monde et Mediapart. Cédric Chouviat, mort à la suite d’un contrôle policier début janvier à Paris, a dit à sept reprises qu’il étouffait aux quatre policiers désormais sous la menace d’une mise en examen.

Le 3 janvier, Cédric Chouviat, un père de famille de 42 ans travaillant comme livreur, avait été victime d’un malaise cardiaque aux abords de la Tour Eiffel après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par trois policiers au terme d’un contrôle routier tendu. Transporté dans un état critique à l’hôpital, il était mort le 5 janvier des suites d’une asphyxie « avec fracture du larynx », selon les premiers éléments de l’autopsie communiqués par le parquet de Paris, qui avait ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire ».

Perte de motivation, peur pour son poste… Les entreprises face aux incertitudes des salariés après le déconfinement

Impossible de faire comme si rien ne s’était passé et de reprendre la vie de bureau comme avant le confinement. La crise du coronavirus a bouleversé la vie personnelle et la vie professionnelle des salariés. Et les séquelles se font déjà ressentir. Selon le baromètre* sur la santé psychologique et physique des salariés du cabinet conseil en qualité de vie Empreinte humaine, 42 % des salariés étaient en situation de détresse psychologique quelques semaines après le déconfinement. « La crise du coronavirus a été un choc pour les salariés qui se sont sentis vulnérables physiquement et psychologiquement. Ils vont être marqués durablement », commente Christophe Nguyen, psychologue du travail et président cofondateur d’Empreinte humaine.

Google va épingler les images trompeuses pour lutter contre la désinformation 

Une nouvelle mesure contre la désinformation. Le géant Google va ajouter des étiquettes aux images, pour signaler si elles sont trompeuses, a annoncé l’entreprise lundi. Les nouveaux tags « Fact Check » (vérification des faits) apparaîtront dans les résultats photos et vidéos sur le moteur de recherche. Dans son communiqué, Google donne l’exemple de photos qui affirment montrer, à tort, des requins en train de nager dans les rues de Houston après un ouragan en 2017. Ces contenus mensongers avaient largement circulé sur la toile.