Paris : La préfecture de police interdit deux rassemblements ce samedi dans la capitale

ETAT DE DROIT D’autres rassemblements, contre les violences policières ou pour les droits des sans-papiers, sont, eux, autorisés

20 Minutes avec AFP
— 
Lors de la manifestation des personnels soignants cette semaine à Paris. (illustration)
Lors de la manifestation des personnels soignants cette semaine à Paris. (illustration) — THIERRY LE FOUILLE/SIPA

Plusieurs manifestations et rassemblements, en faveur de la régularisation des sans-papiers ou contre les violences policières, sont prévus ce samedi à Paris, où la préfecture de police en a interdit certains. Le principal appel a été lancé au niveau national pour la régularisation des sans-papiers et émane de plusieurs collectifs et de la Marche des solidarités. Des rassemblements sont ainsi prévus dans plusieurs villes (Marseille, Lyon, Rennes, Lille, Toulouse, Grenoble, Strasbourg, Nantes…). A Paris, le cortège s’élancera à 14h de la place de la Nation jusqu’à Stalingrad.

Un autre rassemblement est prévu en début d’après-midi place de la République à Paris en hommage à Lamine Dieng, un Franco-Sénégalais de 25 ans décédé en 2007 après une arrestation à Paris. Selon un accord à l’amiable dévoilé lundi par la Cour européenne des droits de l’Homme, l’Etat français versera 145.000 euros aux proches de Lamine Dieng afin de solder toute poursuite dans cette affaire. Ces deux manifestations ont été autorisées par la préfecture de police de Paris (PP) après que des « engagements sur le respect des règles sanitaires » ont été pris par les organisateurs, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Pas de manifestation pour la communauté tchétchène

La préfecture de police autorise aussi pour les mêmes raisons une manifestation de « Parisiens, banlieusards et résistants de partout » ayant pour objet de protester contre « les réformes allant à l’encontre de leurs revendications, la précarité, la baisse du pouvoir d’achat et pour l’obtention de leurs revendications du peuple pour le peuple ». Le départ est prévu à 11h. La PP a en revanche indiqué avoir interdit en raison de « risques de trouble à l’ordre public » un rassemblement à l’appel de la communauté tchétchène, samedi après-midi place de la Bastille et place du Palais-Royal, après les récents incidents à Dijon. Entre le 12 et le 15 juin, des affrontements violents ont opposé des membres de la communauté tchétchène aux habitants d’un quartier de la ville.

La préfecture de police a également interdit un rassemblement, non-déclaré et « susceptible de générer des troubles à l’ordre public et d’entraîner des atteintes aux biens et aux personnes », prévu à 15h place de la Concorde à proximité de l’ambassade des Etats-Unis. Cette mobilisation est lancée par la Ligue de défense noire africaine, notamment « contre la négrophobie » et en mémoire de George Floyd, mort aux mains de la police aux Etats-Unis.

Samedi dernier, des milliers de personnes avaient manifesté en France contre le racisme et les violences policières, dont 15.000 à Paris selon la PP, à l’appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne.