Coronavirus : Les Guyanais pourront-ils venir en métropole cet été ?

ECLAIRAGE Pas facile de s’y retrouver dans le flux d’informations qui tombent sur le nouveau coronavirus ou le déconfinement. Une question en particulier vous taraude ? Chaque jour, « 20 Minutes » fait en sorte de vous apporter la réponse

Julie Bossart

— 

Près de Matoury, en Guyane, des habitants se sont autoconfinés après la découverte d'un cluster de nouveau coronavirus près de Cayenne.
Près de Matoury, en Guyane, des habitants se sont autoconfinés après la découverte d'un cluster de nouveau coronavirus près de Cayenne. — Jody Amiet

Est-ce que tu viens pour les vacances ? Difficile de ne pas (ab)user de cette question référence à la chanson de David et Jonathan à l’approche du long break estival. Malgré la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de nouveau coronavirus, les Français restent très attachés à cette période de l’année. Selon un récent sondage HomeExchange-Happydemics (publié en mai), 49 % comptent en effet se faire la malle en juillet-août, 76 % en restant dans le pays. Un pays qui ne se limite pas à la métropole, merci les outremer !

D’ailleurs, « afin de favoriser la réouverture » de ces territoires, leur « reprise de l’activité économique » ainsi que le rapprochement des familles, le gouvernement, à l’initiative de la ministre des Outremer, Annick Girardin, a mis en place le 9 juin « un protocole sanitaire adapté ». Les voyageurs en provenance de métropole et à destination des territoires de Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et La Réunion doivent de fait réaliser dans les soixante-douze heures précédant le vol un test virologique (RT-PCR) de détection du nouveau coronavirus. S’il se révèle positif, le voyageur ne pourra embarquer*.

Mais montrer patte blanche est-il obligatoire pour les ultramarins souhaitant se rendre en métropole ? Et, avant tout, les ultramarins pourront-ils sauter la mer ? C’est ce que nous a demandé ce lecteur :

« Mes petits-enfants doivent venir chez moi fin juin. Ils habitent actuellement en Guyane, à Matoury. Les voyages vers la métropole sont-ils autorisés ? » Donniou

Voici les réponses que nous avons trouvées :

La quarantaine. La question de Donniou est pertinente à plus d’un titre. Tout d’abord, parce qu’il faut savoir que les ultramarins ont eu chaud, nous rappelle La 1ère. Début mai, dans le projet de loi présenté par le gouvernement dans le cadre de la prolongation de l'état d'urgence sanitaire (au moins jusqu’au 24 juillet), il était prévu une quarantaine pour les personnes qui arrivent en France métropolitaine depuis les outremer. Contre l’avis du gouvernement, les sénateurs ont toutefois adopté un amendement demandant la suppression de cette quarantaine.

« Rien ne semble justifier que les autres territoires d’outremer soient soumis à un traitement différencié. En outre, l’expression "territoire hexagonal" ne renvoie à aucune notion juridique précise », a-t-il été justifié par les rédacteurs de l’amendement. En revanche, les personnes souhaitant se rendre en outremer, doivent, elles, suivre le protocole sanitaire évoqué plus haut.

La situation épidémique. Autre point à souligner, lors de sa dernière allocution, dimanche, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que, dès lundi, « tout le territoire, à l’exception de Mayotte et de la Guyane où le virus circule encore activement, passera dans la zone verte ».

Mercredi, dans le premier département, plus de 2.300 cas étaient recensés (+12 cas en 24 heures, 40 hospitalisations dont 10 en réanimation, et 29 décès). Dans le second, on comptait 1.554 cas (+133 en vingt-quatre heures), 78 patients hospitalisés et 11 en réanimation, 5 décès. Si la situation semble marquer le pas à Mayotte (passée en stade 3 le 30 avril), elle nécessite de « rester vigilant » en Guyane, a insisté le Premier ministre, Edouard Philippe, le 9 juin.

Proche du Brésil (deuxième pays le plus touché au monde après les Etats-Unis avec 46.510 décès estimés mercredi), le département n’a pas réussi son déconfinement, commencé le 11 mai, comme en métropole. L’épidémie a repris de plus belle, faisant basculer le territoire en stade 3 lundi et poussant les autorités à repousser le second tour des élections municipales. La préfecture a pris par ailleurs certaines mesures pour limiter la propagation du virus, comme la mise en place d’un couvre-feu dans plusieurs communes.

Enfin, mercredi soir, l’Assemblée nationale a voté en faveur d’un prolongement de l’état d’urgence sanitaire en Guyane et à Mayotte jusqu’au « 30 octobre inclus ».

Les déplacements limités. Autant dire que la libre circulation des personnes n’est pas pour demain en Guyane. Dans son territoire même et vers la métropole. Contactée ce jeudi, la préfecture nous a confirmé que « seuls les déplacements pour motifs impérieux [d’ordre personnel ou familial ; de santé relevant de l’urgence ; professionnel ne pouvant être différé] sont à ce jour autorisés pour les Guyanais, et jusqu’à nouvel ordre ». Des déplacements à effectuer toujours munis d’une attestation.

Ainsi, pour répondre à Donniou, ses petits-enfants n’ont pas de grandes chances de venir en métropole cet été.

* A leur arrivée dans les territoires concernés, ceux qui présenteront un test négatif « bénéficieront d’une procédure accélérée de traitement à l’aéroport et effectueront sept jours de quarantaine », au lieu de quatorze, suivis d’un nouveau test virologique. Si ce test s’avère à nouveau négatif, ils « pourront sortir de leur domicile », avec port du masque et application stricte des mesures de distanciation sociale, « et ce durant une semaine », en s’abstenant également « de participer à des rassemblements » et en évitant les contacts avec des personnes à risque.

Pour que vous y voyiez plus clair, 20 Minutes s’emploie à répondre à vos interrogations, que vous pouvez nous adresser en suivant la marche à suivre ci-dessous. Des questions qui doivent, nous vous en serons reconnaissants, concerner un autre sujet que celui abordé dans l’article ci-dessus. N’hésitez pas à vérifier que votre question n’a pas déjà été traitée sur notre site. Pour le savoir, allez dans la barre de recherche située tout en haut de notre page d’accueil. Dans tous les cas, n’oubliez pas de laisser votre e-mail dans votre message. Merci par avance (et prenez soin de vous) !