Tarn-et-Garonne : Le « gendarme » du nucléaire (encore) inquiet du fonctionnement de la centrale de Golfech

SURETE Une fois encore, l’Agence de sûreté nucléaire (ASN) s’alarme du fonctionnement de la centrale de Golfech, située dans le Tarn-et-Garonne, entre Toulouse et Agen

20 Minutes avec AFP
— 
La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen.
La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen. — Bob Edme - AP - Sipa

« Très mauvaise ». C’est l’appréciation que porte l'Agence de sûreté nucléaire (ASN) sur le fonctionnement général de la centrale de Golfech qui s’est « encore détérioré en 2019 ».

Le « gendarme » du nucléaire, qui a dévoilé ce lundi son rapport sur les installations de Nouvelle-Aquitaine et l’ex-Midi-Pyrénées, pointe notamment une détérioration de la surveillance en salle de commande, et des défauts dans le respect des règles de pilotage des réacteurs. A quoi s’ajoutent « un manque de rigueur systémique » en matière de maintenance, avec notamment une traçabilité « très défaillante » des informations, une propreté radiologique douteuse des locaux potentiellement contaminés ou encore des rejets intempestifs dans la nature de substances, heureusement, « non-radioactives ».

Nouvel incident le 5 juin

En résumé l’ASN a décidé « d’être très vigilante sur ce qui passe actuellement à Golfech » et appelle l’exploitant – EDF en l’occurrence – à faire des performances de sûreté nucléaire une « priorité absolue ».

Ce n’est pas la première fois que la gestion de la centrale nucléaire tarn-et-garonnaise, inspectée de fond en comble en 2018 avec pour résultat le constat d’une qualité d’exploitation « dégradée », est ainsi épinglée.

En 2019, elle a déclaré pas moins de huit incidents pendant l’arrêt programmé de son réacteur n° 2, sept de niveau 1 et un de niveau 2, sur un échelle de gravité qui en compte 7. Le responsable du site a été convoqué en janvier, pour une « remontée de bretelles » que l’ASN, chose rare, a rendue publique.

Pas plus tard que le 5 juin dernier, un nouvel incident de niveau 1 s’est produit, une fuite de vapeur sur un robinet non étanche.

Les deux réacteurs de Golfech produisent environ la moitié de l’électricité consommée en Occitanie.