Un jeune homme escalade un immeuble pour décrocher une banderole de Génération Identitaire — 20 Minutes

TEMOIGNAGE

Manifestation contre le racisme : « Cette banderole voulait encore nous diviser »… Acrobate94 raconte son action

Jean-Loup Delmas

Lors de la manifestation contre le racisme, un homme a escaladé un immeuble pour décrocher une banderole installée par Génération Identitaire. Il retrace pour nous son geste et sa portée

  • Alors que le groupe d’extrême droite Génération Identitaire avait déployé sur un toit une banderole demandant « justice pour les victimes du racisme anti-blanc », un homme a grimpé la façade du bâtiment pour l’arracher.
  • Acrobat94 est réputé sur Youtube, Twitter ou Instagram pour ses diverses acrobaties.
  • « Ce fut très instinctif, j’ai l’habitude de grimper un peu partout, je sais que je suis agile et que c’était dans mes cordes, je n’avais pas de peur, juste de l’adrénaline et de l’excitation », raconte-t-il à 20 Minutes.

Il fut la vedette anonyme de la mobilisation antiraciste de samedi. Alors que le groupe d’extrême droite Génération Identitaire avait déployé sur un toit une banderole demandant « justice pour les victimes du racisme anti-blanc », un homme a escaladé la façade d’un bâtiment haussmannien en pleine manifestation pour l’arracher à mains nues, dans un mix improbable entre Spider-Man et Hulk. Enfin vedette « anonyme », c’est vite dit. Rapidement, l’identité – au moins numérique – du jeune homme a été dévoilée :  Acrobate94, réputé sur Youtube/Twitter/Instagram pour ses diverses acrobaties. Et vu qu’on se débrouille nous aussi en réseaux sociaux, on l’a à notre tour retrouvé.

« Je suis arrivé à la manifestation, c’était une super ambiance, tout le monde chantait, s’amusait sans altercation ou heurts avec la police, et j’ai vu cette banderole qui voulait tout gâcher, encore nous diviser, et ça m’a vraiment énervé », nous raconte la nouvelle star du week-end. Bon nous aussi ça nous arrive de nous énerver, mais on ne grimpe pas cinq étages pour autant. Que s’est-il passé à ce moment-là dans sa tête ?

« Ce fut très instinctif, j’ai l’habitude de grimper un peu partout, je sais que je suis agile et que c’était dans mes cordes, je n’avais pas de peur, juste de l’adrénaline et de l’excitation. » Surtout, il voit ça comme un défi. « Ils ont mis cette banderole sur un toit car ils pensaient qu’ils seraient inatteignables ainsi. Je leur ai juste montré que non », sourit-il.

Une symbolique assumée

Mais pas question de penser que ce n’est qu’une simple performance sportive pour épater la galerie. La symbolique de son geste, il en a bien conscience : « J’ai fait ce que j’avais à faire pour défendre la cause pour laquelle je m’étais rendu à cette manifestation. Si c’était à refaire, je le referais. » D’ailleurs, le volet purement athlétique, il le zappe d’un revers de main : « En moins d’une minute, j’étais en haut, c’est allé très vite ». Presque trop facile.

Ce qu’il retiendra par contre, c’est la foule en bas. S’il a déjà fait plusieurs performances devant un public, jamais rien de comparable. « Tout le monde m’a applaudi, acclamé, j’ai eu des frissons partout, ça n’avait rien à voir niveau foule avec ce que j’avais connu avant, c’était incroyable de ressentir une telle ferveur pour mon action. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir accompli un acte héroïque. »