Coronavirus à Lyon : Le réseau TCL demande une compensation à l’Etat après une perte de 165 millions d’euros

TRANSPORT Le Sytral, gestionnaire des transports en commun dans la métropole lyonnaise, vient de présenter ce vendredi le lourd impact financier subi en raison de la crise sanitaire du Covid-19

Jérémy Laugier

— 

Des utilisateurs lyonnais du métro, ici le 11 mai au moment du déconfinement.
Des utilisateurs lyonnais du métro, ici le 11 mai au moment du déconfinement. — Caroline Girardon/20 Minutes
  • Le Sytral, qui pilote dans le Rhône le deuxième réseau de transports en commun urbain de France, a présenté son bilan de la crise sanitaire du Covid-19 ce vendredi.
  • La reprise « progressive et maîtrisée » du trafic dans l’agglomération lyonnaise n’empêche pas la présidente du Sytral Fouziya Bouzerda de déplorer « des pertes sans précédent », estimées à 165 millions d’euros pour l’année 2020.

Dès le 4 mai, Fouziya Bouzerda a écrit au Premier ministre Edouard Philippe afin de lui indiquer « la nécessité d’un plan massif de soutien aux transports publics ». La présidente du Sytral, gestionnaire des transports en commun ( TCL) dans la métropole lyonnaise, a ainsi présenté durant une conférence de presse ce vendredi pourquoi « une compensation de l’Etat » s’avérait cruciale. « L’impact financier de la crise sanitaire du Covid-19 a été sans précédent pour le Sytral », explique Fouziya Bouzerda, avec 165 millions d’euros de pertes estimées pour 2020.

A savoir « des pertes considérables » de recettes et d’une partie du versement mobilité des entreprises, alors que la fréquentation des transports en commun lyonnais est passée de 25 % le 11 mai à 60 % aujourd’hui. « La reprise a été plus rapide que ce qu’on visait, car nous pensions être à 60 % seulement en septembre » avec le retour des étudiants, confie Fouziya Bouzerda, qui n’envisage un retour à 100 % qu’en fin d’année civile. 42.000 abonnements ont été vendus pour le mois de juin, soit 50 % de moins qu’avant le confinement, et le constat est identique du côté des ventes de tickets.

378 procès-verbaux à Lyon pour non-respect du port du masque

Après avoir tourné à 50 % de son trafic habituel pendant les deux mois de confinement, l’offre du réseau TCL est passée à 85 % le 11 mai, puis « à quasiment 100 % depuis le 25 mai ». Le Sytral souligne « une gestion maîtrisée des flux et une distanciation physique respectée ». Le respect du port du masque est estimé à 97 % depuis le début de la crise sanitaire, avec au total 378 procès-verbaux dressés pour non-respect du port.

Entre les 16 millions d’euros de remboursement des abonnements des usagers sur la période de confinement, un investissement estimé en 2020 à 5 millions d’euros pour des « dispositifs sanitaires innovants et exceptionnels » (installation de bornes désinfectantes sans contact, service de désinfection ambulant, distribution de 300.000 masques…), les perspectives d’un redressement ne sont guère encourageantes.

Plus de 800 millions d’euros de pertes d’ici à 2030 ?

Le Sytral se projette déjà jusqu’à 2030, avec des pertes estimées à 245 millions d’euros sur la décennie pour les recettes et 575 millions d’euros pour le versement mobilité. De quoi remettre en cause des projets comme le prolongement du tramway T6 ou la création du métro E en direction de l’ouest lyonnais ? « On sait qu’il s’agit de décisions éminemment politiques, estime la présidente du Sytral. C’est un enjeu de continuer à répondre à une demande périurbaine. Cela suppose un emprunt significatif, à hauteur d’un milliard d’euros. »

Si elle indique échanger avec la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, Fouziya Bouzerda est dans l’attente depuis un mois d’une réponse d’Edouard Philippe : « Si on ne veut pas un retour en masse de la voiture, il faut que l’Etat prenne conscience du besoin de renforcer les transports en commun. »