La Rochelle : Des policiers expriment leur « mécontentement » dans une surprenante main courante

FAKE OFF Des policiers ont écrit ne pas avoir interpellé un passant qui les a insultés « afin d’éviter toute éventuelle émeute ou accusation future de racisme ». Une source syndicale y voit l’expression d’un « mécontentement »

Mathilde Cousin

— 

Des policiers patrouillent le 14 juillet 2017 à La Rochelle.
Des policiers patrouillent le 14 juillet 2017 à La Rochelle. — XAVIER LEOTY / AFP
  • Dans une main courante qui a fuité sur les réseaux sociaux, des policiers ont écrit ne pas avoir interpellé un passant qui les a insultés « afin d’éviter toute éventuelle émeute ou accusation future de racisme ».
  • Le service de communication de la police nationale confirme que la main courante existe.
  • Une source syndicale voit dans ces lignes l’expression d’un « mécontentement ».

Des policiers, insultés par un passant, qui ne l’interpellent pas « afin d’éviter toute éventuelle émeute ou accusation future de racisme ». Cette surprenante conclusion d’une main courante de la police circule depuis mardi sur les réseaux sociaux. Elle a alerté des internautes, qui s’interrogent sur l’authenticité de ce document.

Le service de communication de la police nationale confirme à 20 Minutes que cette main courante existe.
Le service de communication de la police nationale confirme à 20 Minutes que cette main courante existe. - Capture d'écran Facebook

Selon ce rapport, des policiers circulaient mardi à La Rochelle, quand, un peu après 15h, ils croisent un jeune homme qui crie « ACAB » [acronyme de « All cops are bastards », « tous les flics sont des salauds »] à plusieurs reprises. Les policiers s’arrêtent et le contrôlent.

Les forces de l’ordre écrivent ensuite : « vu la conjoncture actuelle nationale, informons l’individu que son comportement outrageant et provocateur n’est pas acceptable et intolérable envers les policiers et le laissons nous insulter copieusement lors du contrôle. Remettons l’individu en circulation sur son vélo, le saluons poliment et lui souhaitons une bonne fin de journée. Pas d’interpellation afin d’éviter toute éventuelle émeute ou future accusation de racisme. »

« Il commence à y avoir un mouvement de grogne »

Le SICOP, service de communication de la police nationale, confirme à 20 Minutes que cette main courante existe et précise qu’un procès-verbal a été rédigé en parallèle. L’individu contrôlé va être convoqué pour outrage.

Une source syndicale confirme également à 20 Minutes que les faits se sont bien déroulés mardi. Quant aux dernières lignes du document, cette source y voit l’expression d’un « mécontentement ». « Il commence à y avoir un mouvement de grogne », rappelle-t-elle.

Des policiers ont fait connaître ces derniers jours leur colère face aux nouvelles mesures annoncées par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Ce jeudi, une centaine d'entre eux a manifesté à Roubaix, portant ironiquement des masques de licorne. Ils étaient plusieurs dizaines mercredi à Nice. Christophe Castaner avait demandé lundi qu'une suspension soit envisagée « pour chaque soupçon avéré d'actes ou de propos racistes ». Il avait également annoncé la fin de la technique d'interpellation dite de la clé d'étranglement. 

Confronté à ce mouvement, le directeur de la police nationale a écrit ce jeudi à ses effectifs. « Face aux confusions et aux amalgames entretenus par une minorité, je partage avec vous le sentiment d’une profonde injustice », écrit Frédéric Veaux. Les syndicats de police doivent être reçus ce jeudi et vendredi par Christophe Castaner.

Vous voulez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff