Déconfinement en Gironde : Un ancien maire se remet en selle pour sensibiliser à l'AVC

PREVENTION Victime d’un AVC il y a plus de six ans, Philippe Meynard assure qu’hypertension, diabète et cholestérol riment avec confinement

M.P.

— 

Philippe Meynard,
va faire le tour de Gironde du 15 au 20 juin 2020, pour sensibiliser à la prévention de l'AVC.
Philippe Meynard, va faire le tour de Gironde du 15 au 20 juin 2020, pour sensibiliser à la prévention de l'AVC. — Philippe Meynard
  • En Nouvelle-Aquitaine, les maladies cardio-neuro-vasculaires sont la première cause de mortalité, avec 18.000 AVC et 2.000 décès recensés chaque année, dont 430 en Gironde.
  • Philippe Meynard, président girondin de l’association AVC tous concernés, s’est activé sur les réseaux sociaux pour parler prévention pendant le confinement et repart sur les routes de Gironde, dès lundi.
  • L’ancien maire, victime d’un AVC en 2009, va boucler le tour de Gironde en tricyle et s’arrêter dans 33 communes pour distribuer un kit de prévention.

Confiné, Philippe Meynard n’avait rien lâché. L’ancien maire du village girondin de Barsac, victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) il y a plus de six ans, avait roulé pour la bonne cause… sur son vélo d’appartement et reboosté ceux dont « l’hygiène de vie déraillait ». Déconfiné, le président de l’association AVC tous concernés reprend du service sur son tricycle. Philippe Meynard va partir, lundi, du conseil départemental, à Bordeaux, pour un tour de Gironde en 33 étapes (la liste est ici).

Du Bassin d’Arcachon au Médoc, en passant par la Haute-Gironde et l’Entre-deux Mers, le motivé de 49 ans va aller chercher ceux qui n’ont pas accès à l’information et véhiculer les bons réflexes permettant de prévenir l’AVC. « Selon l’Observatoire régional de la santé, 40 % de la population s’estime mal informée, principalement dans les petites communes et en zone rurale, alors que trois quarts des plus de 65 ans sont concernés par l’AVC, explique l’amoureux du vélo. Ces personnes-là sont celles qui vivent hors des grandes villes, là où le journal municipal est encore un bon moyen de faire passer l’info. »

Avec Gino, son aidant à vélo, et trois bénévoles de l’association en minibus, Philippe Meynard va donc distribuer aux 33 mairies un kit de prévention. Flyers et affiches sur les facteurs de risque et sur les symptômes d’un AVC ou support USB proposant un article « clé en main » à relayer aux habitants seront proposés aux maires de Coutras, de Lège-Cap-Ferret, de Bazas ou de Saint-Emilion.

Des tensiomètres et des podomètres

« Le confinement a, paraît-il, fait prendre près de trois kilos aux Français. Cela veut dire que certains en ont pris moins, d’autres beaucoup plus. Associés à la sédentarité, ces kilos gagnés peuvent entraîner de l’hypertension artérielle que l’on retrouve chez 80 % des victimes d’AVC. Voilà pourquoi nous allons également distribuer une quinzaine de tensiomètres », détaille Philippe Meynard. Sans oublier les podomètres, parce que « l’organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de faire 10.000 pas par jour​ pour rester en bonne santé ». Libre choix aux maires de distribuer ces outils aux habitants à risques, « de les motiver de façon ludique à prendre soin de leur santé ».

En Nouvelle-Aquitaine, les maladies cardio-neuro-vasculaires sont la première cause de mortalité, avec 18.000 AVC et 2.000 décès recensés chaque année (dont 430 en Gironde). Faiblesse dans une jambe, paralysie d’un bras, affaissement d’un côté du visage ou difficultés à parler et à répéter des mots sont les symptômes les plus courants. Dès leur apparition, il ne faut pas hésiter à appeler le 15.