Aisne: La fermeture d'un centre d'appel laisse 137 personnes sur le carreau

SOCIAL Le centre d'appel téléphonique Euro CRM de Chauny, dans l'Aisne, a brutalement fermé, début juin

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'un centre d'appel.
Illustration d'un centre d'appel. — Valinco / SIPA

Le centre d’appel a notamment eu pour clients Engie, Canal+ ou Orange. Euro CRM a fermé brutalement, début juin, à Chauny, dans l’Aisne, et va licencier ses 137 salariés, a-t-on appris, lundi.

« C’est catastrophique et cela s’est fait extrêmement vite, manu militari ! », déplore Alexandra Miroslav, représentante CFDT pour le secteur communication-conseil en Picardie.

« L’entreprise battait de l’aile »

Si les salariés « savaient que l’entreprise battait de l’aile », ils n’ont été officiellement informés que lors d’une réunion le 28 mai. « Le lendemain, ils venaient chercher leurs effets personnels, le 2 juin, l’entreprise déposait son dossier au tribunal de commerce et le 5, le site était placé en liquidation judiciaire », raconte-t-elle.

« Ce sont essentiellement des femmes, dont un tiers sont seules avec des enfants et quelques-unes reconnues travailleuses handicapées », rapporte le député LREM de la circonscription, Marc Delatte, qui, conscient de la « détresse » de ces familles « peu mobiles », essaie de trouver des solutions avec le Pôle emploi local.

« Ils ne payaient plus les loyers depuis un an »

Ce site, ouvert en 2005, était déjà « fragilisé » avant la crise du coronavirus. Selon la région, qui souligne que « c’est un secteur très concurrentiel », « ce n’est pas du tout lié » à la pandémie.

« Ils ne payaient plus les loyers depuis un an, a assuré Bernard Bronchain, président de l’intercommunalité, bailleur des locaux. On peut, sans jeter l’anathème, se dire que c’est comme par hasard juste après l’ouverture du centre à Madagascar ».

Est-ce une délocalisation qui ne dit pas son nom, avec des contrats gérés à Chauny désormais traités à l’étranger ? Trop tôt pour le dire, selon les élus qui attendent les conclusions de l’audit et du mandataire judiciaire.

« Plus de 1.800 collaborateurs »

« Il n’y a pas d’autres centres d’appels dans la région, à part un à Vervins et un à Soissons. Pour retrouver du travail dans ce secteur, ça va être un peu compliqué », s’inquiète Bernard Bronchain.

« Spécialisé dans la gestion de la relation client à distance », le groupe Euro CRM revendique sur son site internet « plus de 1.800 collaborateurs » dans plusieurs centres en France (Chauny, Lisieux, Villers-Cotterêts et Pointe-à-Pitre), trois à l’Ile Maurice et un à Madagascar.

Le site avait pour clients Gazprom ou encore Total direct énergie, selon une salariée citée par L'Aisne nouvelle. La direction d’Euro CRM n’a pas répondu aux sollicitations.

La Cour d'appel donne raison à 251 ex-salariés de SFR233 emplois sauvés sur 638, chez Call Expert à Abbeville, Roubaix et Paris