Violences policières : Suspension envisagée si soupçon de racisme, prise d'étranglement interdit, affaire Gabriel... Retrouvez les principales annonces de Christophe Castaner

INTERIEUR Christophe Castaner exige une « tolérance zéro » contre le racisme dans les forces de l’ordre

J.-L.D.

— 

Christophe Castaner a fait un point presse ce lundi 8 juin
Christophe Castaner a fait un point presse ce lundi 8 juin — Jacques Witt/SIPA

Dans un point presse ce lundi, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner est longuement revenu sur les questions de racisme et de violences policières. 20 Minutes fait le point de ces principales annonces :

  • Sur le racisme

Le ministre a demandé la suspension « systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré » de racisme dans les forces de l’ordre, rappelant qu’il prônait une « tolérance zéro » du racisme dans les forces de l’ordre. « Aucun raciste ne peut porter dignement l’uniforme de policier ou de gendarme (…) », a-t-il ajouté. Une formation de lutte contre les discriminations sera également mise en place au sein de la police.

Christophe Castaner a indiqué que selon lui, « la France, ce n’était pas les Etats-Unis » et qu'« il n’y a pas d’institutions racistes ou de violences ciblées, il n’y a qu’une Police républicaine. »

  • Sur les violences policières

La méthode d’interpellation policière controversée de la « prise par le cou, dite de l’étranglement, sera abandonnée », a annoncé Christophe Castaner. « Elle ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C’est une méthode qui comportait des dangers », a ajouté le ministre. Il sera désormais également impossible pour la police  de s’appuyer sur le cou ou la nuque d’une personne.

Le ministre a aussi annoncé une réforme « en profondeur des inspections du ministère de l’Intérieur », pour « plus d’indépendance ».

  • Sur l’affaire Gabriel

Christophe Castaner s’est dit « troublé » par les « témoignages » autour de l’arrestation à Bondy (Seine-Saint-Denis), le 25 mai, du jeune Gabriel, 14 ans, qui accuse les policiers de l’avoir frappé en le blessant gravement à l’œil.

L’affaire Gabriel « a marqué de nombreux Français », a déclaré le ministre. « La lumière sera faite et les déclarations des policiers sont en ce moment confrontées aux expertises médicales ».

  • Et aussi…

Christophe Castaner a rappelé la nécessité pour les policiers de garder leur numéro RIO visible ainsi que la publication d’une instruction dans les services de police pour rappeler le cadre juridique des contrôles d’identité.