Coronavirus : Pour éviter les licenciements, Muriel Penicaud annonce un nouveau dispositif de chômage partiel sur « un à deux ans »

SOCIAL La ministre du Travail, Muriel Penicaud, a annoncé ce matin sur France Info que ce nouveau dispositif était en cours de négociations avec les organisations patronales et syndicales

20 Minutes avec AFP

— 

Un homme devant une agence de Pôle emploi, ici à Nantes, durant la période de confinement (Illustration).
Un homme devant une agence de Pôle emploi, ici à Nantes, durant la période de confinement (Illustration). — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

Aujourd’hui, l’économie, en berne depuis le début de la crise sanitaire, reprend peu à peu et 80 % de l’activité a repris, selon Muriel Penicaud. Mais la ministre du Travail a aussi indiqué ce lundi au micro de France Info que certains secteurs d’activité n’allaient pas pouvoir tourner à plein au cours des prochains mois, que ce soit dans l’aéronautique ou le tourisme.

Un nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée va donc voir le jour en remplacement de l’actuel chômage partiel. Il doit être défini à partir cette semaine lors de concertations avec les organisations syndicales et patronales, et sera en vigueur pendant « un à deux ans », a annoncé la membre du gouvernement.

Accord collectif d’entreprise

La durée fait « partie des curseurs qu’on décidera » lors de la concertation qui doit démarrer ce lundi, a-t-elle ajouté. Il sera mis en place par un accord collectif d’entreprise ou de branche et donnerait lieu à une indemnisation en contrepartie du maintien dans l’emploi.

En avril, 8,6 millions de salariés étaient au chômage partiel. Ce régime exceptionnel de chômage partiel pour éviter les licenciements a été mis en place dès mars. Depuis le 1er juin, la prise en charge par l’État et l’Unédic a baissé de 100 % à 85 % de l’indemnité versée au salarié, à l’exception des secteurs faisant l’objet de restrictions en raison de la crise sanitaire comme le tourisme ou la restauration.