Coronavirus : Un numéro vert pour donner du répit aux familles confrontées au handicap et « épuisées »

AU BOUT DU FIL Ce numéro, 0 800 360 360, va être activé à titre expérimental dans sept régions

20 Minutes avec AFP

— 

Sophie Cluzel à l'Assemblée nationale, le 11 février 2020.
Sophie Cluzel à l'Assemblée nationale, le 11 février 2020. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Deux mois de confinement ont épuisé les personnes handicapées et leurs familles. Sophie Cluzel​, la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, a annoncé ce vendredi la création d’un numéro vert pour les épauler. Il sera disponible dans 25 départements.

Ce numéro, 0 800 360 360, activé à titre expérimental dans sept régions, permettra aux familles de « trouver des solutions pendant la crise, parce que ça va être beaucoup plus long pour les personnes en situation de handicap de retrouver une vie normale », a déclaré Sophie Cluzel lors d’un point presse à Bordeaux.

Accompagner les aidants

La secrétaire d’Etat s’est notamment arrêtée au Café joyeux, une chaîne de restauration employant des équipiers ayant un handicap mental ou des troubles cognitifs, qui a ouvert son cinquième établissement à Bordeaux mardi, après Rennes et Paris.

« Les professions du médico-social ont répondu présent pendant la crise à domicile, mais pour autant il faut travailler différemment » et « amplifier cette coopération », a souligné la secrétaire d’Etat. « Pour trouver des solutions de répit, accompagner les aidants, réaccompagner dans l’accès au soin », cette plateforme, présentée comme « une porte d’entrée unique », renverra vers des équipes territoriales d’écoutants. Prévue pour être lancée en 2021, elle a de fait été adaptée au contexte.

Des réponses peu adaptées

« Aujourd’hui, les familles au bout de deux mois et demi de confinement sont pour beaucoup épuisées » et ont « besoin de soutien » à l’heure d’une reprise des écoles et établissements médico-sociaux « très progressive », a relevé Sophie Cluzel.

« Ce que la crise nous a enseigné, c’est l’isolement des familles, c’est que parfois il n’y a pas de réponses adaptées (ou pas encore) de services d’accompagnement et là, nous mettons les acteurs tous ensemble avec la maison départementale des personnes handicapées, en cœur du réacteur et la coopération des territoires, des communes », a détaillé la secrétaire d’Etat.

Selon elle, la crise a révélé les difficultés de personnes « à la maison, avec des besoins excessivement importants, notamment d’accès aux soins », rendu « complexe » pendant la crise et faisant aujourd’hui redouter des « pertes d’acquis ».