Lyon : « Un nombre impressionnant de clients », masques non obligatoires, la CGT dénonce la réouverture des boutiques de la Part-Dieu

CORONAVIRUS Le syndicat exige dans un communiqué que le port du masque soit désormais obligatoire pour les lieux et qu’une jauge maximum soit instaurée à l’entrée

C.G.

— 

Lyon, le 27 octobre 2014
Illustration du centre commercial de la Part-Dieu.
Lyon, le 27 octobre 2014 Illustration du centre commercial de la Part-Dieu. — no credit
  • Le 30 mai, les boutiques du centre commercial de la Part-Dieu ont repris du service sur autorisation du préfet.
  • La CGT dénonce « un danger sanitaire pour les clients et les salariés des enseignes », puisque le masque n'est pas obligatoire et que les clients seraient trop nombreux.
  • Le Groupe Unibail-Rodamco-Westfield, qui gère les lieux, a déployé des bornes de gel hydroalcoolique « aux endroits stratégiques du centre ». Il indique également suivre en temps réel le « flux » de visiteurs.

« Un danger sanitaire pour les clients et les salariés des enseignes ». La CGT a dénoncé vendredi dans un communiqué la réouverture des boutiques du centre commercial de la Part-Dieu de Lyon et la volte-face opérée par le préfet du Rhône. Ce dernier avait pris un arrêté pour maintenir la fermeture du centre, de plus de 120.000 mètres carrés, jusqu’au 10 juillet pour les raisons sanitaires liées au coronavirus. Une décision confirmée le 28 mai par le juge des référés. Le 30 mai, les boutiques ont pourtant repris du service sur autorisation du préfet

« Nous savons que les pressions d’ordre politiques et économiques ont été fortes, notamment de la part du bailleur du Centre et du syndicat de commerçants. Mais concrètement, comment un centre commercial tel que Part Dieu peut assurer la totalité des mesures sanitaires préconisées ? », s’interroge la CGT, s’insurgeant contre l’absence de « jauge aux entées » du centre et de sens de circulation unique. « Il n’y a pas de guide-fil mais de simples flèches au sol, que les clients ne respectent pas », continue-t-il, constant dès la réouverture du samedi 30 mai, « un nombre impressionnant de clients ».

Le port du masque seulement recommandé

Autre problème soulevé : le fait que le port du masque ne soit pas obligatoire. « L’urgence économique ne doit pas écraser l’urgence sanitaire », poursuivent les représentants syndicaux exigeant « à minima le port du masque obligatoire » pour les clients et la définition « d’une jauge maximum de clients » pour le centre.

Actuellement le port du masque est simplement « recommandé » pour les clients. Le Groupe Unibail-Rodamco-Westfield, qui gère les lieux, a déployé des bornes de gel hydroalcoolique « aux endroits stratégiques du centre ». Il indique également suivre en temps réel le « flux » de visiteurs afin « de contrôler le nombre de personnes présentes au même moment et d’en limiter l’accès si cela est nécessaire ».