Déconfinement à Angers : Devant trop d’incivilités, la ville ferme sa grande esplanade pour un mois

DECONFINEMENT Depuis la levée du confinement, l'esplanade Cœur de Maine est le théâtre de dégradations et de nuisances

Julie Urbach

— 

Une bouteille d'alcool dans l'herbe (illustration)
Une bouteille d'alcool dans l'herbe (illustration) — Fabrice Elsner/20 Minutes
  • A partir de lundi, cette esplanade très fréquentée d’Angers sera fermée au public.
  • Une décision motivée par une hausse des nuisances dans ce secteur, notamment la nuit.

Dernier week-end pour en profiter avant quelques semaines. L’esplanade Cœur de Maine, cette vaste surface herbeuse de 100 m de long, inaugurée il y a un an à peine en bord de Maine à Angers, sera encadrée par des barrières à partir de lundi. La mairie a pris cette décision de fermer le lieu après que de nombreuses incivilités et bagarres sur fond d’alcool y ont éclaté ces derniers jours.

« Au moment du déconfinement, cette esplanade a été suroccupée, observe le premier adjoint à la mairie d’Angers, Jean-Marc Verchère. Les autres lieux de vie étant fermés, beaucoup de jeunes y ont trouvé un endroit pour passer la soirée et la nuit, avec les incivilités et les nuisances sonores qui vont avec. On a vu des choses étonnantes comme du gazon brûlé au narguilé. Les enceintes portables créent des nuisances qui indisposent tout le monde… Il va falloir trouver une parade à ces phénomènes, mais en attendant, nous avons décidé de tout fermer pour "calmer le jeu". »

Des travaux vont également être engagés sur cet espace gazonné, après que les arroseurs ont été dégradés. Des poubelles supplémentaires devraient également être installées, pour tenter d’améliorer les choses au moment de la réouverture, prévue au mois de juillet.

Pas de « solutions alternatives »

En attendant, cette décision radicale a suscité de nombreuses réactions parmi les habitants. Le député Matthieu Orphelin, qui plaide pour la recherche de « solutions alternatives », est lui aussi entré dans le débat. Ce dernier propose par exemple « une réouverture partielle dès le 10 juin, en journée et en début de soirée, qui permettrait de réduire sensiblement les nuisances pour les riverains tout en maintenant cet espace essentiel pour le lien social. »

Impossible pour Jean-Marc Verchère, qui met également en avant des problématiques techniques. « On va ressemer de la pelouse, donc il faudra veiller à ce qu’elle ne soit pas piétinée. Par ailleurs, la fermeture du site va demander de lourds travaux avec des barrières qui n’ont pas vocation à être démontées plusieurs fois par jour. »