Toulouse : Au moins 2.000 personnes réunies contre le racisme et les violences policières

RASSEMBLEMENT Au moins 2.000 personnes ont protesté mercredi soir à Toulouse contre les violences policières et le racisme

N.S. avec AFP

— 

Un rassemblement contre le racisme et les violences policières a réuni au moins 2.000 personnes, mercredi soir à Toulouse.
Un rassemblement contre le racisme et les violences policières a réuni au moins 2.000 personnes, mercredi soir à Toulouse. — Lionel Bonaventure / AFP

Au lendemain de rassemblements similaires à Paris et dans d’autres villes françaises, au moins 2.000 personnes se sont réunies mercredi soir dans le centre-ville de Toulouse, devant le square Charles-de-Gaulle. Organisé à l’appel du collectif Comité Vérité et Justice 31, cet événement visait également à dénoncer les violences policières et le racisme.

Sur leur masque, de nombreuses personnes, souvent jeunes, avaient inscrit « I can’t breath » (je ne peux pas respirer), en référence à George Floyd, un Noir américain décédé la semaine dernière en répétant cette phrase alors qu’il était maintenu à terre sous le genou d’un policier blanc.

Sous les applaudissements, les participants, ont scandé « Justice pour Adama [Traoré] », un jeune homme noir de 24 ans mort dans le Val-d’Oise en 2016 après son interpellation.

A l’issue du rassemblement, des manifestants se sont dirigés vers le tribunal. Des heurts ont éclaté. Quatre hommes ont été interpellés, dont trois sur les boulevards aux alentours de 22 h : deux de 19 et 24 ans pour des incendies volontaires et un de 63 ans pour jets de projectile sur des policiers.

La mairie porte plainte

Un quatrième, âgé de 19 ans, a été arrêté vers 22 h 30 près du Capitole, également pour jet de projectiles. Le maire Jean-Luc Moudenc (LR) a annoncé le dépôt d’une plainte pour « dégradation du bien public ». « Plusieurs groupuscules cagoulés de noir ont projeté un pot de peinture sur la façade du Capitole, brisant une fenêtre et dégradant le parquet de la salle des Illustres », indique l’élu.