Coronavirus : Emmanuel Macron recevra patronat et syndicats à l'Elysée jeudi

TRAVAIL La réunion se tiendra en présence du Premier ministre Edouard Philippe et de membres de son gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

Laurent Berger (CFDT) lors d'une réunion sur les retraites, en janvier 2020.
Laurent Berger (CFDT) lors d'une réunion sur les retraites, en janvier 2020. — Lionel BONAVENTURE / AFP

Deux heures de discussion pour plancher sur des solutions face à la crise économique qui menace. Les organisations syndicales et patronales seront reçues par l’Elysée jeudi pour une réunion avec le président de la République, ont indiqué mardi des syndicats.

Le courrier d’invitation envoyé ce mardi et dont l’AFP a obtenu copie indique que la réunion à l’Elysée se tiendra en présence du Premier ministre Edouard Philippe et ses ministres Muriel Pénicaud (Travail), Bruno le Maire (Economie et Finances), Gérald Darmanin (Action et des comptes publics), Didier Guillaume (Agriculture, Alimentation) et Laurent Pietraszewski (secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé et des solidarités, chargé des retraites).

L’ordre du jour encore flou

Sont invités à l’Elysée, du côté des organisations syndicales, Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), Yves Veyrier (Force ouvrière), François Hommeril (CFE-CGC), Cyril Chabanier (CFTC) et Laurent Escure (Unsa). Du côté des organisations patronales sont conviés Geoffroy Roux de Bézieux (Medef), Alain Griset (U2P), François Asselin (CPME) et Christiane Lambert (FNSEA). L’ordre du jour n’est pas indiqué sur l’invitation.

« L’idée est de voir comment on peut lutter contre cette crise, avec le chômage, les faillites… Réfléchir à ce fameux monde d’après », a indiqué Cyril Chabanier. Muriel Pénicaud avait évoqué vendredi dans Le Figaro une réunion entre Emmanuel Macron et les partenaires sociaux cette semaine « pour avancer sur la définition d’un contrat social renouvelé ».

Lors du confinement, le président de la République avait organisé une première rencontre en visioconférence avec les organisations syndicales et patronales le 27 mars. Au cours de celle-ci, les syndicats avaient demandé, entre autres une interdiction des versements de dividendes, des sanctions à l’encontre des entreprises qui ne protègent pas leurs salariés contre le coronavirus, un bilan spécifique sur le télétravail ou la mise en place d’un « comité d’experts » pour suivre l’impact du confinement sur la population. Des revendications qui sont restées sans réponse.