Mort d’Adama Traoré : Le rassemblement devant le tribunal de Paris interdit par la préfecture

INTERDICTION Dans un communiqué publié en début d’après-midi, le préfet évoque notamment l’état d’urgence sanitaire ainsi que des craintes de débordements

C.Po.

— 

Le préfet a interdit un rassemblement devant le palais de justice pour Adama Traoré.
Le préfet a interdit un rassemblement devant le palais de justice pour Adama Traoré. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

L’appel a été relayé tout le week-end sur les réseaux sociaux. Les proches d’Adama Traoré, décédé en juillet 2016 dans la gendarmerie de Persan dans le Val-d’Oise à la suite d’une interpellation musclée, avaient appelé dès vendredi leurs soutiens à se réunir devant le tribunal judiciaire de Paris pour protester contre une nouvelle expertise médicale écartant la responsabilité des militaires. Le rassemblement, prévu ce mardi à 19 h, a finalement été interdit par la préfecture de police de Paris.

« Ce rassemblement, qui n’a fait l’objet d’aucune déclaration préalable et pouvant rassembler de nombreuses personnes, n’est pas autorisé par le décret relatif à l’état d’urgence sanitaire », écrit dans un communiqué Didier Lallement. Les rassemblements de plus de dix personnes sont, en effet, toujours interdits dans l’espace public. Au-delà de la situation sanitaire, le préfet précise que « la tonalité de l’appel à manifester relayé par les réseaux sociaux laisse craindre que des débordements aient lieu sur un site sensible ».

Près de quatre ans après la mort de cet homme de 24 ans, la responsabilité des gendarmes qui l’avaient interpellé a de nouveau été écartée vendredi. « Adama Traoré n’est pas décédé "d’asphyxie positionnelle", mais d’un œdème cardiogénique », ont conclu les médecins. Des conclusions vivement contestées par les proches de la victime, qui ont quinze jours pour demander une contre-expertise.