Déconfinement à Paris : Anne Hidalgo annonce l’extension gratuite des terrasses des bars et restaurants

CORONAVIRUS Les cafés, bars et restaurants pourront occuper gratuitement une partie de l’espace public avec leurs terrasses, qui rouvriront dès le 2 juin lors de la deuxième étape du déconfinement à Paris

20 Minutes avec AFP

— 

Une terrasse d'un restaurant à Paris, le 30 mai 2020.
Une terrasse d'un restaurant à Paris, le 30 mai 2020. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé samedi la possibilité pour les cafés, bars et restaurants d’occuper gratuitement une partie de l’espace public avec leurs terrasses, les seules à être autorisées dans la capitale à rouvrir le 2 juin avec la deuxième étape du déconfinement.

« On a adopté un plan d’aides des bars et des restaurants pendant au moins six mois, de mars à fin septembre », indique la maire sortante dans le journal Le Parisien, à moins d’un mois du second tour des municipales. L’une de ses mesures phares : « l’occupation gratuite d’une partie de l’espace parisien ».

Trottoirs, places de stationnement, rues…

« Ça peut être des trottoirs quand c’est possible ou des places de stationnement », précise la maire socialiste. « Ça peut être aussi certains week-ends la fermeture d’une rue à la circulation pour permettre aux bars ou aux restaurants d’avoir plus d’espace. »

Seule condition : une inscription en ligne et le respect d’une charte en dix points, parmi lesquels le respect du protocole sanitaire et de la propreté, la fermeture des terrasses à 22 heures et la limitation des nuisances sonores pour les riverains. Souhaitant « partir d’un principe de confiance », la maire de Paris dit avoir tout de même prévu, en cas d’infractions à cette charte, la « verbalisation » et le « retrait de la possibilité d’exploiter les terrasses temporaires. »

« Il y a énormément d’emplois à la clé »

Une vingtaine de rues pouvant être temporairement fermées à la circulation des voitures pour permettre l’extension des terrasses ont été identifiées, comme « la Place des Vosges, autour du Carreau du Temple, la place Sainte-Marthe dans le 10e, la rue Lepic dans le 18e ou encore les abords du canal de l’Ourcq ». La majorité des arrondissements est concernée, selon Le Parisien.

Anne Hidalgo a rejeté les accusations de certains autres candidats à la mairie de Paris, dont Rachida Dati (LR), d’utiliser la crise du coronavirus pour faire campagne en vue du second tour fin juin : « Il était de ma responsabilité de ne pas attendre le 28 juin pour agir. Il y a énormément d’emplois à la clé ».

Interrogée sur les pistes cyclables nouvellement créées pour offrir une alternative à la voiture et aux transports en commun, elle a déclaré qu’elle ne « souhaitait pas de retour en arrière : un nouveau modèle s’impose » pour « lutter contre la pollution » et « éviter les regroupements ».