Déconfinement : Cafés, bars et restaurants rouvriront le 2 juin en zone « verte », seulement les terrasses en zone « orange »

DEUXIEME PHASE Sur l'ensemble du territoire, plusieurs précautions sanitaires seront en vigueur, notamment en zone « orange »

Clément Guiliano et Mickaël Bosredon

— 

Une terrasse parisienne en octobre 2016 (photo d'illustration)
Une terrasse parisienne en octobre 2016 (photo d'illustration) — AFP
  • Une distance d'un mètre entre les tables sera imposée.
  • Le chef bordelais Philippe Etchebest estime que ce sont « des conditions très particulières », et que « tout le monde ne pourra pas rouvrir. »
  • Lui est en tout cas prêt à rouvrir son établissement dès mardi midi.

Les cafés, bars et restaurants rouvriront dans les départements « verts » à compter du 2 juin, a annoncé ce jeudi le Premier ministre, tandis que seules les terrasses de ces établissements rouvriront dans les « zones oranges », à savoir l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte. Edouard Philippe s’exprimait lors d’une conférence de presse pour présenter les mesures de déconfinement rendues possibles par le ralentissement de l’épidémie de coronavirus.

Sur l’ensemble du territoire, plusieurs précautions sanitaires seront en vigueur. Le chef de l’exécutif a notamment mentionné le port du masque obligatoire pour le personnel et pour les clients en déplacement dans l’établissement, une séparation d’un mètre entre les tables et une limite à 10 personnes par table. Dans les bars et cafés, la consommation de boisson debout sera proscrite à l’intérieur.

La réouverture « n’est pas synonyme de fin de crise non plus » prévient le chef Etchebest

Contacté ce jeudi soir par 20Minutes, le chef étoilé bordelais Philippe Etchebest estime que « cela va être difficile pour les restaurateurs franciliens, mais on va dire que c’est mieux que rien. » « C’est pareil pour nous, poursuit-il, on peut rouvrir en zone verte, mais dans des conditions très particulières quand même, et tout le monde ne pourra pas rouvrir. Je vois qu’il y a une espèce d’euphorie ce soir suite aux annonces, mais l’ouverture n’est pas synonyme de fin de crise non plus, attention. Il va falloir donner au secteur les moyens de surmonter cette crise, avec des aides, les exonérations de charges qui vont être nécessaires. »

Concernant les mesures détaillées par Edouard Philippe, le chef bordelais, à la tête d’une brasserie et d’un restaurant étoilé, explique : « En ce qui concerne le mètre de séparation entre les tables, j’ai fait l’essai ce matin dans mon restaurant, finalement ça fait quand même 3 m2 pour une petite table, et pour certains restaurants ça ne fait pas beaucoup. »

« Tous les pêcheurs, éleveurs, producteurs, sont au taquet ! »

Pas question en revanche d’installer des séparations en plexiglas entre les tables. « Déjà que l’ambiance va être un peu cassée avec les masques, si on rajoute les plexis… Mais ceux qui ne pourront pas appliquer la distanciation sociale, seront contraints d’en mettre. »

Il n’empêche que le restaurateur sera fin prêt pour une réouverture dès le 2 juin à midi. Et ses fournisseurs sont dans les starting-blocks. « Il n’y aura pas de souci pour les produits frais, je ne suis pas inquiet là-dessus. Tous les pêcheurs, tous les éleveurs, tous les producteurs de fruits et légumes, n’attendent que ça qu’on rouvre nos restaurants. Ils sont au taquet. Et moi, je ne vais pas changer ma cuisine et ma façon de travailler, les plats seront aussi bons ! »

Les groupes se rendant aux restaurants ne pourront pas excéder 10 personnes. De manière générale, « les rassemblements resteront limités à 10 personnes » jusqu’au 21 juin dans l’espace public, et limités au maximum à l’intérieur, impliquant ainsi que la fermeture des discothèques, notamment.