Coronavirus : Un clip pour apprendre aux enfants à bien se laver les mains en sept étapes

PEDAGOGIE Porté par l'université de Nantes, le projet a vocation à se diffuser dans les écoles

Julie Urbach

— 

Hawah propose un apprentissage ludique du lavage des mains
Hawah propose un apprentissage ludique du lavage des mains — Hawah
  • Dans ce clip, sept super-héros, aident les enfants à adopter les bons gestes.
  • Une idée portée par l'université de Nantes, qui a imaginé tout un dispositif pédagogique autour.

Passer ses doigts rapido sous un filet d’eau ne suffit pas pour se protéger du virus. Alors qu’elle fait partie des gestes barrières recommandés pour lutter contre le Covid-19, l’étape du lavage des mains n’est pas forcément toujours bien maîtrisée, notamment chez les plus jeunes. Pour aider les enfants à adopter une hygiène irréprochable, un petit clip d’une minute environ vient d’être mis en ligne sur Youtube. S’inspirant du monde du jeu vidéo, il met en scène sept personnages, mi-animaux mi-super-héros, qui aident à adopter les bons gestes.

« A chacun de ces super-héros est associé un geste précis permettant de bien couvrir une partie des mains, indiquent les porteurs de ce projet appelé Hawah (HAnd WAsh Health), impulsé par l'université de Nantes. Le koala pour le poignet, l’éléphant pour le pouce, etc. La bande-son a également un rôle crucial pour donner le rythme et créer un contexte de mémorisation auditive durable. » Sluggy l’escargot ou Princess le serpent apparaissent aussi dans ce petit film.

Une « boîte à mains » pour les écoles

Cette animation n’est en fait qu’une partie d’un dispositif de sensibilisation plus global, imaginé lors d’un hackaton européen fin avril. Le projet n’avait pas gagné mais l’équipe a continué à travailler dessus pour le rendre opérationnel. « L’objectif était de constituer un kit pédagogique, malin et à bas coût, que l’on pourrait déployer dans les écoles, raconte Francky Trichet, vice-président Numérique de l’université de Nantes. En plus du clip, nous avons donc mis au point une "boîte à mains" qui permet aux enfants, grâce à l’usage de gel fluorescent et d’une lampe à UV, de contrôler si tout a bien été nettoyé. On travaille à intégrer de l'intelligence artificielle avec une caméra qui pourra donner des conseils selon les zones qui n’ont pas été bien frottées. »

Selon l’université, ce dispositif a été testé ces derniers jours dans plusieurs classes d’écoles de la région nantaise, et les retours seraient très positifs. « Ce que l’on aimerait maintenant, c’est que ça se développe dans un maximum d'écoles pour la rentrée de septembre », confie Francky Trichet. Selon ce dernier, un mode d’emploi pour la version « do it yourself » sera bientôt disponible : pour « moins de 200 euros », les enseignants qui le souhaitent pourront construire eux-mêmes leur boîte, dans le cadre d’un projet pédagogique avec leurs élèves par exemple. Une version pour les plus petits, à l’aide d’une comptine par exemple, serait en préparation.