« C’est le moment de sauver ''Le Petit Paumé'' »… Le guide de bons plans fait le pari de s'ouvrir aux Lyonnais

INITIATIVE Après la vive polémique ayant accompagné la précédente édition du « PP », la nouvelle équipe d’étudiants de l’EM Lyon vient de lancer la campagne « Lyon c’est vous »

Jérémy Laugier

— 

Des étudiants de l'EM Lyon ici en 2019 en pleine distribution d'un précédent numéro du Petit Paumé.
Des étudiants de l'EM Lyon ici en 2019 en pleine distribution d'un précédent numéro du Petit Paumé. — Déclic
  • L’an passé, la 51e édition du Petit Paumé a été critiquée comme jamais après la publication de critiques « discriminantes ».
  • Les 35 étudiants de l’EM formant la nouvelle équipe de l’emblématique association lyonnaise marquent actuellement une rupture avec l’histoire récente.
  • Lancée le 8 mai, leur campagne « Lyon c’est vous » a déjà recueilli la participation de 400 internautes lyonnais.

« Nous sommes arrivés dans un contexte relativement tendu… » Impossible pour Romain Maillot, président de l’association du Petit Paumé depuis janvier, d’éluder la rude période traversée par ce guide lyonnais publié depuis une cinquantaine d’années, à plus de 200.000 exemplaires, par des étudiants de l’EM Lyon.

La 51e édition, sortie en octobre dernier, a en effet déclenché une vive polémique pour plusieurs critiques « discriminantes », comme le reconnaissait Tawhid Chtioui, alors directeur général de la célèbre école de commerce située à Ecully (Rhône). Chaque année, un renouvellement total de l’équipe du Petit Paumé a lieu et les 35 étudiants ayant rejoint l’aventure se trouvent à un tournant dans l’histoire du « PP ». Romain Maillot (23 ans) résume l’état d’esprit de son groupe.

On a senti qu’il fallait trouver le moyen de remettre ''Le Petit Paumé'' au plus près des Lyonnais. Je suis moi-même lyonnais et j’ai quasiment appris à lire avec ce guide. Je sais la place qu’il a dans les foyers et à quel point sa sortie est un événement familial. C’est le moment de le sauver, et au vu de la rupture entamée avec les lecteurs, on a décidé de le transformer en véritable recueil de bons plans. »

« Garder un ton décalé et impertinent »

Les endroits non appréciés par les étudiants à la tête du « PP » n’apparaîtront pas dans le guide, donc Il n’y aura plus de critiques négatives dans celui-ci. Mais les lecteurs retrouveront par contre de nombreux avis rédigés par des internautes lyonnais n’ayant aucun lien avec l’EM Lyon. C’est le sens de la campagne « Lyon c’est vous » lancée le 8 mai. « Ça nous permet de recentrer Le Petit Paumé en confrontant les idées des habitants, indique Julia Richy (23 ans), chargée des relations avec la presse au Petit Paumé. Nous avons reçu 400 critiques jusque-là et une seule est négative. Cette année, nos bons plans sont les leurs. »

Qui dit bons plans dit donc absence de dérapage. « Notre objectif n’est clairement pas de démonter un établissement, insiste Romain Maillot. Il faut être responsable de ses mots et on peut parfaitement garder un ton décalé et impertinent tout en écrivant de manière positive. En tout cas, nous sommes une association indépendante et on ne se sent pas du tout bridés. »

L’équipe du Petit Paumé prête à publier des critiques de lecteurs

Reste que regagner la confiance des lecteurs mais aussi des annonceurs est « un travail de longue haleine ». Avec la crise sanitaire du Covid-19 ajoutée à ce constat, la sortie de cette 52e édition en octobre est « incertaine ». S’il est publié, ce Petit Paumé laissera la part belle aux textes fournis via cette démarche participative.

« On peut imaginer se retrouver avec une édition composée de seulement un tiers de critiques venant de nous et deux tiers de la part des Lyonnais nous ayant contactés, résume Romain Maillot. On a envie d’aller à fond dans ce projet afin que cette édition du ''PP'' redevienne bien le bon copain des Lyonnais. »

Plus d’infos par ici.