Seine-Maritime : Fuite d’ammoniac à l’usine chimique Yara, classée Seveso

INCIDENT « La situation est parfaitement sous contrôle et la mise à l’arrêt de l’unité est en cours », a assuré la préfecture de Seine-Maritime

20 Minutes avec agences
— 
Des camions de pompiers (illustration).
Des camions de pompiers (illustration). — GILE MICHEL/SIPA

Aucun blessé n’est à déplorer. Une unité de l’usine du groupe chimique Yara, à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre (Seine-Maritime), a été mise à l’arrêt à la suite d’une fuite d’ammoniac dans la nuit de mercredi à jeudi.

Classée Seveso seuil haut, cette usine du fabricant norvégien d’engrais « a déclenché son POI (Plan d’Organisation Interne) à 3 h du matin à la suite d’une fuite de vapeur d’ammoniac sur un échangeur d’une unité de production qui a nécessité la mise en sécurité de l’installation », indique ce jeudi dans un communiqué la préfecture de Seine-Maritime.

« Situation sous contrôle »

« Selon les premières constatations, cette fuite a pu causer des odeurs perceptibles sur le site et en toute proximité du site sur la zone industrielle. La situation est parfaitement sous contrôle et la mise à l’arrêt de l’unité est en cours », poursuivent les autorités.

A noter que le groupe norvégien Yara International a reçu en février le « prix Pinocchio 2020 » du greenwashing. Celui-ci a été décerné par l’association Les Amis de la terre et la Confédération paysanne dans la catégorie « Les engrais chimiques, c’est magique ». Les organisateurs reprochaient à Yara de se présenter comme un promoteur de « l’agriculture intelligente face au climat », alors que ses émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 20 % entre 2009 et 2017.