C'est l'heure du BIM : Twitter sévit contre Trump, le Parlement débat de StopCovid et le masque, objet politique

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)

M.C.

— 

Donald Trump à la Maison-Blanche, le 7 mai 2020.
Donald Trump à la Maison-Blanche, le 7 mai 2020. — Evan Vucci/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Etats-Unis : Twitter signale un tweet de Donald Trump comme trompeur, une première

Twitter a ajouté mardi une mention « vérifiez les faits » à deux tweets de Donald Trump qui affirmait que le vote par correspondance était nécessairement « frauduleux ». Une première alors que les réseaux sociaux sont souvent accusés de laxisme dans leur traitement des propos tenus par des dirigeants. La riposte du président américain n’a pas tardé : « Twitter interfère avec l’élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post » a réagi Donald Trump, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. « Twitter étouffe la LIBERTE D’EXPRESSION », a-t-il ajouté.

Coronavirus : Dévoiler le code de l’appli de traçage StopCovid résout-il tous les risques de dérives ?

StopCovid est prête à débarquer sur nos téléphones, après un débat des députés et des sénateurs sur le sujet ce mercredi. Destinée à repérer la propagation du coronavirus, l’application de traçage de contacts pourrait être disponible dès ce week-end si les parlementaires l’approuvent, a déclaré le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O dans Le Figaro ce mardi. Et pour rassurer ceux qui y voient un glissement vers une société de surveillance, le code source de l’application est publié pour permettre à tous les codeurs intéressés d’aller vérifier comment elle fonctionne.

Coronavirus : Biden tacle Trump en plaçant le port du masque au cœur de sa campagne

« He’s an absolute fool. » Joe Biden a répondu mardi aux moqueries de Donald Trump sur son apparence derrière un masque par cette phrase, que l’on peut traduire au choix par « quel idiot », « c’est un sinistre imbécile », ou encore « un parfait crétin ». Alors que le port ou non du masque devient un geste politique aux Etats-Unis, le candidat démocrate a axé résolument sa campagne pour la Maison-Blanche sur la réponse du président américain à la crise du coronavirus, qui divise l’Amérique.