L'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu placée en redressement judiciaire

EMPLOI La décision a été prise mardi par le tribunal de commerce de Lille

20 Minutes avec AFP

— 

Camaïeu, chaîne française de magasins de vêtements
Camaïeu, chaîne française de magasins de vêtements — Mychèle Daniau AFP/Archives

L’entreprise de prêt-à-porter Camaïeu, qui compte quelque 3.900 salariés en France dont 450 au siège social à Roubaix (Nord), a été placée en redressement judiciaire mardi par le tribunal de commerce de Lille, a-t-on appris de sources concordantes.

« Camaïeu a été placée en redressement judiciaire mardi matin avec une période d’observation de six mois », a indiqué à l’AFP Thierry Siwik, délégué syndical CGT, confirmant une information de La Voix du Nord. 

« Lourdement impactée par la crise sanitaire et faute d’un prêt garanti par l’Etat (PGE) qui lui aurait permis de surmonter son impact sur l’activité, Camaïeu a été placée sous la protection du tribunal de commerce de Lille », en vue « de sa mise en redressement judiciaire », a affirmé pour sa part une source proche de la direction.

« La crise Covid a été le déclencheur des difficultés de trésorerie. L’obtention d’un PGE aurait permis d’y faire face et de boucler le financement afin de poursuivre la transformation entamée en octobre », a avancé cette source.

Une chute de 95 % du chiffre d’affaires

Début mars, selon elle, « l’entreprise avait commencé à mettre en œuvre son plan de transformation et un accord de financement était sur le point d’être conclu avec les actionnaires et les banques », mais « la crise sanitaire a obligé le groupe à fermer brutalement plus de 800 magasins dans le monde ». « Son chiffre d’affaires a chuté de 95 %, soit un manque à gagner de 162 millions d’euros », a-t-elle dit.

« C’est donc sous la protection du tribunal que pourront être explorées toutes les pistes, dont celle d’un plan de reprise », a encore affirmé cette source.

Thierry Siwik a lui dénoncé « un plan social déguisé » chez Camaïeu qui dure « depuis plusieurs années ». « Chaque mois, depuis trois ans, on nous annonce, sous motif d’une baisse d’activité, entre quatre et cinq fermetures de magasins, cela évite de procéder à un plan social (…) Pour nous, il y a une stratégie de la part de la direction de placer Camaïeu en redressement judiciaire, pour nous ils font ça pour restructurer en profondeur l’entreprise et on craint de nombreux licenciements », a-t-il dit.

Fondée en 1984, Camaïeu s’appuie sur un réseau de 634 magasins en France.