Déconfinement : 77 % des jeunes n’ont pas ou pas encore de plans pour les vacances

INFO « 20 MINUTES » Pour les vacances comme pour l’ensemble de leurs projets personnels, les jeunes sont dans l’expectative, d’après notre dernier baromètre « #MoiJeune, Déconfiné et demain ? » 20 Minutes-OpinionWay.

Charlotte Murat

— 

58% des jeunes de 18 à 30 ans ne parviennent pas à se projeter dans les 6 à 12 mois à venir pour leurs projets personnels.
58% des jeunes de 18 à 30 ans ne parviennent pas à se projeter dans les 6 à 12 mois à venir pour leurs projets personnels. — 20 Minutes/Canva
  • 58 % des jeunes de 18 à 30 ans n’arrivent pas à se projeter dans leurs projets personnels pour les six à douze prochains mois.
  • En ce qui concerne les vacances, seuls 23 % des jeunes sont certains de partir.
  • Les incertitudes liées à l’épidémie et la peur d’attraper le virus en sont principalement responsables.

Attendre. A l’heure d’une vie rythmée par l’épidémie de coronavirus et les annonces du gouvernement, les jeunes sont dans l’expectative. Si 51 % des 18-30 ans parviennent à se projeter dans leur vie professionnelle pour les six à douze prochains mois, 58 % en sont incapables pour leurs projets personnels, d’après notre dernier baromètre « #MoiJeune, Déconfiné et demain ? » 20 Minutes-OpinionWay*. Parmi les projets personnels les plus pressants, les vacances. Seuls 23 % des jeunes affirment avoir des projets. 35 % ne savent pas encore s’ils partiront et 42 % n’ont rien de prévu.

Parmi les membres de la communauté MoiJeune, il y a ceux, qui, comme Allan ou Héloïse n’ont pas ou plus les moyens de partir en vacances. Et il y a ceux qui doivent rester travailler, comme Camille ou Nicolas. « Le confinement a lourdement impacté mon entreprise et si on partait tous en vacances maintenant cela serait catastrophique », explique ce dernier.

Peur du virus

Mais pour beaucoup, c’est surtout l’évolution incertaine de l’épidémie qui les a poussés à revoir leurs plans. Car si 86 % des 18-30 ans (le chiffre monte à 93 % pour les femmes) affirment porter un masque dès qu’ils quittent leur domicile, ils redoutent un relâchement des autres. « On devait partir en camping comme tous les ans avec ma famille, mais la peur d’attraper le coronavirus a pris le dessus, explique Amandine. On craint que les autres ne respectent pas les mesures barrières. On préfère donc attendre que ça se calme pour partir. »

Caroline a eu le même raisonnement. « Je devais partir comme tous les ans une semaine avec ma famille, détaille-t-elle. Mais mes parents habitant en zone verte et moi en zone rouge, je préfère rester loin d’eux tant qu’il y a une probabilité que je sois contaminée sans le savoir. Si je pars en vacances, ce sera à condition d’y aller en covoiturage pour ne pas avoir à prendre le train et si on trouve une location dans la campagne, loin de l’agitation. »

Programme bouleversé

Edouard Philippe doit annoncer jeudi si la limite des 100 km est étendue. Ce qui devrait aider Maëva et son conjoint à prendre une décision. Car si leurs vacances sont bouleversées, elles ne sont pas annulées. « Moi qui aime tout planifier, je suis un peu dans le flou et je n’aime pas ça, regrette la jeune femme. On devait partir deux semaines au Maroc fin juin, mais avec le confinement, impossible de faire mon passeport. En plus rien ne dit que les vols de tourisme auront repris d’ici là. Du coup on décale en octobre en espérant pouvoir y aller. Pour le mois de juin, on verra si on va à Cannes chez mes beaux-parents ou en Isère chez mes parents. » Idem pour Manon qui a annulé son séjour prévu au Québec début juillet. Elle envisage à la place « une semaine en France en camping ou en road trip avec mon compagnon pour aider l’économie française, mais de manière safe. »

Tous ne pensent leurs vacances qu’en famille et en limitant au maximum les contacts avec les autres. Ce qui illustre le fait que 63 % des 18-30 ans pensent que la crise va développer une méfiance envers les autres et un repli sur l’entourage proche. Sophie et son amoureux ont ainsi réservé dans une maison d’hôte « qui propose uniquement deux chambres. Comme ça, nous sommes certains que nous n’aurons pas trop de monde dans le logement ou à la piscine. » Cet été, pour vivre en bonne santé, vivons cachés.

* Baromètre « #MoiJeune, Déconfiné et demain ? », 20 Minutes – OpinionWay, réalisé en ligne du 19 au 25 mai 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 622 jeunes âgés de 18 à 30 ans, selon la méthode des quotas.

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MoiJeune », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne ici