Coronavirus : La pêche de loisir est-elle autorisée depuis la levée du confinement ?

ECLAIRAGE Pas facile de s’y retrouver dans le flux d’informations qui tombent sur le nouveau coronavirus ou le déconfinement. Une question en particulier vous taraude ? Chaque jour, « 20 Minutes » fait en sorte de vous apporter la réponse

Julie Bossart

— 

Illustration: Un pêcheur lors du premier week-end depuis la levée du confinement, le 16 mai 2020, à Bourgoin-Jallieu.
Illustration: Un pêcheur lors du premier week-end depuis la levée du confinement, le 16 mai 2020, à Bourgoin-Jallieu. — ALLILI MOURAD/SIPA

S’il y a un milieu où ça frétille sec depuis la levée du confinement en France, c’est bien celui de la pêche de loisir, qu’elle soit continentale (dite d’eau douce, car pratiquée dans les rivières, lacs, canaux…) ou maritime (à bord d’un navire de plaisance, à pied, en plongée sous-marine, etc.). Pas mal de lecteurs nous demandent en effet s’il est possible de ressortir la canne et la musette, sans contrevenir aux mesures de sécurité sanitaire indispensables pour éviter une deuxième vague de nouveau coronavirus :

« J’habite à Paris et je vois à nouveau des pêcheurs en bord de Seine. Est-ce autorisé ? Est-ce que je risque une amende ? » Jean-Pierre

« Puis-je pratiquer la pêche en région Paca sur les bords de la Méditerranée ? » Betza

« Les plages ouvertes, ok, rester en situation dynamique, ok : mais a-t-on le droit de pêcher en bord de mer ou en pêche à pied ? » Didier

« Habitant du Finistère, puis-je pêcher à la ligne en bord de mer hors des plages (exemple, sur les rochers) ? » Baillet

Voici les réponses que nous avons trouvées :

Un regain d’intérêt. Activité de détente par excellence, mais aussi de surveillance des écosystèmes, la pêche de loisir pourrait être l’un des grands gagnants de la pandémie. « Depuis le 11 mai, beaucoup de personnes, des jeunes, des plus âgées, nous appellent pour savoir comment elles peuvent se mettre – ou se remettre, pour les anciens amateurs – à la pêche, reconnaît Hamid Oumoussa, directeur de la Fédération nationale de la pêche (continentale). Avec le confinement, elles ont réalisé combien il était important d’avoir des moments de bien-être, de déconnexion, et de faire attention à l’environnement. Elles ont besoin de retrouver des valeurs sûres. Et la pêche le permet. »

La pêche en eau douce autorisée… Pour en venir au fait : oui, il est possible, depuis la levée du confinement, de repartir taquiner la poiscaille. Même si, petite subtilité au passage, il n’a jamais été interdit de le faire, glisse Hamid Oumoussa. Et ce, à partir du moment où vous restiez dans le rayon des 1 km autour de votre domicile, que l’accès au site était autorisé, que vous y restiez une heure et que vous respectiez les gestes barrières (ok, ça fait beaucoup de conditions).

…mais sous conditions. Concrètement, aujourd’hui, vous ne risquez rien à aller pêcher en eau douce. « Dans le respect de la distanciation sociale, du nombre maximum de participants (10), du rayon des 100 km à ne pas dépasser », rappellent Ludovic Hibon et Loïc Morin, les cousins fondateurs du site Internet Comptoirdespêcheurs.com. Attention toutefois, dans les zones classées rouges, comme c’est le cas pour l’Ile-de-France, par exemple, certains parcs et jardins publics restent fermés. Ne tentez pas le diable en voulant accéder à un plan d’eau qui se trouverait à l’intérieur de l’un d’eux. « Rien ne vaut avant un appel auprès de votre mairie [ou de votre préfecture] si vous avez le moindre doute sur l’autorisation ou non », insistent Ludovic Hibon et Loïc Morin.

Notez aussi que, si vous devez être en règle avec les décisions du gouvernement, il faut que vous le soyez aussi avec la réglementation en vigueur dans le milieu de la pêche en eau douce : à savoir « être affilié à une association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique ( AAPPMA) et être muni d’une carte de pêche », rappelle Hamid Oumoussa. Le risque : être verbalisé, les premières amendes commençant à 150 euros. Pour info, la carte est valable un an (du 1er janvier au 31 décembre), son prix varie en fonction, notamment, du périmètre dans lequel vous souhaitez pêcher (votre département, la France entière...).

Du cas par cas pour la pêche de loisir en mer. Pour ce qui est de la pêche en mer (pêche à pied ou à la canne, pêche embarquée sur un bateau, pêche sous-marine), c’est une autre paire de manches, car une grande partie de la réglementation est locale. Pour faire face à l’épidémie de Covid-19, l'accès aux plages est interdit, que vous résidiez en zone classée rouge ou verte (la carte du déconfinement est par ici). Toutefois, le préfet peut autoriser ces accès, s’il est possible de respecter les gestes barrières et de distanciation sociale, ainsi que la limitation à 10 personnes dans un lieu public.

Par ailleurs, sachez que, s’il est à nouveau possible d’accéder aux navires et embarcations de plaisance, ces derniers doivent rester au port, les activités nautiques et de plaisance restant interdites. On ne peut donc que vous conseiller, à l’instar du site Comptoirsdespêcheurs.com, de consulter régulièrement le site de votre préfecture pour connaître les règles en vigueur dans votre département.

Pratique. La Fédération nationale de la pêche en France a récemment mis une application gratuite pour téléphones mobiles à disposition des pêcheurs, afin de poursuivre la digitalisation de son activité et faciliter la vie des pêcheurs.

Pour que vous y voyiez plus clair, 20 Minutes s’emploie à répondre à vos interrogations, que vous pouvez nous adresser en suivant la marche à suivre ci-dessous. Des questions qui doivent, nous vous en serons reconnaissants, concerner un autre sujet que celui abordé dans l’article ci-dessus. N’hésitez pas à vérifier que votre question n’a pas déjà été traitée sur notre site. Pour le savoir, allez dans la barre de recherche située tout en haut de notre page d’accueil. Dans tous les cas, n’oubliez pas de laisser votre e-mail dans votre message. Merci par avance (et prenez soin de vous) !