Déconfinement : Le patron d’Airbus réclame la réouverture des frontières aériennes, sous peine de catastrophe

URGENCE Guillaume Faury, le patron d’Airbus,  souhaite une reprise rapide du trafic aérien pour « éviter des dommages trop profonds » sur la filière aéronautique

20 Minutes avec AFP

— 

Guillaume Faury, le nouveau grand patron du groupe Airbus.
Guillaume Faury, le nouveau grand patron du groupe Airbus. — P. Chiasson - AP - Sipa

Il pilote Airbus et a besoin de visibilité et d’un déconfinement du trafic aérien. Guillaume Faury, le patron de l’avionneur, a appelé ce mardi à la réouverture des frontières et du ciel européens. Interrogé sur France 2 et franceinfo il a souhaité que « que la réouverture de la libre circulation des personnes soit clairement déclarée dans le territoire européen ».

Alors que les compagnies aériennes sont clouées au sol et annulent leurs commandes, le constructeur est frappé de plein fouet par les conséquences de la crise sanitaire. « On est prêts maintenant, on a besoin de décisions politiques », explique le dirigeant qui veut « une reprise des vols pour éviter des dommages trop profonds sur les compagnies aériennes et donc un impact trop durable sur le secteur aéronautique et des sociétés comme Airbus ».

Le trafic en baisse de 85 % par rapport à l’année dernière

Guillaume Faury n’exclut plus désormais l’hypothèse de licenciements dans son groupe qui a perdu « 30 à 40 % de son activité » et « a besoin de comprendre combien de temps ça va durer ».

Les frontières de l’Union européenne sont fermées depuis le 17 mars. Pour les frontières intérieures, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, espère un assouplissement des restrictions aux frontières à partir du 15 juin.

Un peu plus de 5.000 vols ont été recensés lundi en Europe par l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol). C’est 85 % de moins qu’il y a un an… mais quand même 5 % de plus qu’à la mi-avril.